COUP DE COEUR·LITTERATURE CONTEMPORAINE

Les corps conjugaux de Sophie De Baere

paru le 22.01.2020 aux éditions JC Lattès

Quatrième de couverture :

Fille d’immigrés italiens, Alice Callandri consacre son enfance et son adolescence à prendre la pose pour des catalogues publicitaires et à défiler lors de concours de beauté. Mais, à dix-huit ans, elle part étudier à Paris. Elle y rencontre Jean. Ils s’aiment intensément, fondent une famille, se marient. Pourtant, quelques jours après la cérémonie, Alice disparaît. Les années passent mais pas les questions. Qu’est-elle devenue ? Pourquoi Alice a-t-elle abandonné son bonheur parfait, son immense amour, sa fille de dix ans ?

Mon avis :

Oh my god ce roman !!!! Les corps conjugaux de Sophie de Baere est un double coup de coeur ♥️♥️♥️♥️♥️.

Tout d’abord pour l’histoire d’Alizia dite Alice, une histoire éprouvante, émouvante, captivante, dure qui remue et qu’on dévore avec frénésie.

La vie d’Alice n’a pas commencé sous les jours les plus roses. Entre un frère handicapé, une soeur effacée, elle est le rayon de soleil de sa mère qui la traîne de casting en casting pour montrer au monde la beauté de sa fille et en lui assénant qu’elle ne peut compter que sur sa beauté.

Toute son adolescence et jusqu’à ce qu’elle quitte son village, Alice se « contente de cultiver ce mythe misérable, cette gloire kleenex de la fille facile. D’une beauté écervelée qui va au plus offrant ou au plus populaire. Pourvu que ça lui serve. Pourvu qu’elle séduise, qu’elle maîtrise et qu’elle ait l’illusion de régner quelques instants »

Elle part à Paris et alors « L’Italienne de la rue du lavoir, la Miss locale, la fille des catalogues d’Euromarché, la débauchée : ici, elles n’existent pas« . En Normandie, Alice pensait ne pas mériter de voir son existence réduite à sa beauté mais à Paris, sur les Champs-Élysées, elle « n’existe pour personne. La starlette locale a cédé la place à une vulgaire employée pendulaire »

Quand elle rencontre Jean, sa vie bascule dans le bonheur.

« Peaux de glaise et bouches de rosée, nous sommes comme deux eaux qui dansent. Tout doucement, nos rives se rejoignent et le courant pousse nos lèvres l’une contre l’autre. Durant quelques instants, nos poitrines collées entremêlent nos côtes en une seule et même onde. Étendue et profonde »

« Jean lave mes tourments et il devient celui que j’attendais. Le père, le frère, l’ami, l’amant, l’époux. L’homme qui veillera toujours sur moi. Il ne sera jamais la lueur hésitante, je sais déjà qu’il sera mon avenir. Partout. Tout le temps. Dans les endroits hostiles comme en bordure des noirs silences »

« Jean m’édifie une bâtisse éternelle. Un destin de femme aimée jusqu’à son dernier soupir »

Et la cerise sur le gâteau, « la venue au monde de Charlotte. Soudain l’amour total. Sa récolte. Le dénouement prodigue de deux années intenses et le commencement de toute une vie à trois »

Elle est heureuse, Alice, elle aime sa vie, son compagnon, sa fille et tout ce bonheur sera consacré par le mariage. Elle « ne sait pas encore que, quelques jours après son mariage, elle quittera sa belle vie »

Et là, la première claque, l’évènement qui pousse Alice, du jour au lendemain, à quitter son mari et sa petite fille et si le lecteur sait pourquoi elle a fait ça, Jean, le mari et Charlotte, la petite fille, sont dans l’ignorance la plus totale des motivations qui ont conduit Alice à les abandonner. C’est une véritable torture de voir les conséquences ce terrible choix, tant pour Alice que pour ceux qu’elle a laissés derrière elle. Des claques émotionnelles on en prend, on tourne les pages, encore et encore avec l’espoir d’une fin heureuse, nos sentiments sont mis à rude épreuve et les émotions sont très fortes.

Ce roman c’est aussi un énorme coup de coeur pour la plume de l’auteure, une écriture sublime, poétique, chaque phrase, chaque description est un moment magique, la beauté des mots et la façon dont l’auteure les assemble est un pur moment de bonheur livresque.

❤️❤️❤️❤️❤️.

POLARS/THRILLERS

T'en souviens-tu mon Anaïs? et autres nouvelles de Michel Bussi

paru le 4.01.2018 aux éditions Pocket

Quatrième de couverture :

Voilà treize jours qu’Ariane a posé ses valises dans cette villa de la Côte d’Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, en rappelle une autre, plus d’un siècle plus tôt, lorsqu’une fameuse actrice de la Comédie-Française vint y cacher un lourd secret. Se sentant observée dans sa propre maison, Ariane perd peu à peu le fil de la raison…

Bienvenue au pays de Caux, terre de silences, de pommiers et de cadavres dans les placards…

Dans les romans de Michel Bussi, vous étiez surpris jusqu’à la dernière page…
Dans ses nouvelles, vous le serez jusqu’à la dernière ligne.

Mon avis :

T’en souviens-tu mon Anaïs ? et autres nouvelles de Michel Bussi est un recueil de nouvelles agréable à lire où l’auteur nous livre 4 histoires bien différentes où il est question de faux semblants et de manipulation.

Le rythme est irrégulier, parfois lent et plat mais relevé par la fin, parfois prenant mais qui retombe à la fin.

J’en ai aimé une pour le côté touchant de l’explication finale, une autre m’a, à la fois, surprise et fait rire avec son twist final, une autre était bien mystérieuse et prenante et enfin une était originale dans la construction.

Toutes avaient des qualités et des défauts mais toutes m’ont fait passer un agréable moment de lecture et c’est bien là le principal ❤️❤️❤️

FANTASTIQUE / SCIENCE FICTION

Silo de Hugh Howey

paru en octobre 2013 aux éditions Actes Sud

Quatrième de couverture :

Dans un futur postapocalyptique indéterminé, une communauté d’hommes et de femmes a organisé sa survie dans un silo souterrain géant. Du monde extérieur, devenu hostile, personne ne sait rien, sinon que l’atmosphère y est désormais irrespirable. Les images de mauvaise qualité relayées par d’antiques caméras, montrant un paysage de ruines et de dévastation balayé de vents violents et de noirs nuages, ne semblent laisser aucune place à l’illusion.
Pourtant, certains continuent d’espérer. Ces individus, dont l’optimisme pourrait s’avérer contagieux, représentent un danger potentiel. Leur punition est simple. Ils se voient accorder cela même à quoi ils aspirent : sortir.

Mon avis :

Silo de Hugh Howey est le 1er tome d’ une trilogie post apocalyptique où il est question de gens qui, pour échapper à une atmosphère mortelle, ont créé un immense lieu de vie souterrain. La seule vision du monde extérieur qu’ils ont consiste à voir des images défiler sur des écrans reliés à des caméras extérieures.


Un rythme très lent et très descriptif, le fait qu’aucun personnage ne se détache du lot ou alors pour disparaître très vite a été très frustrant. S’ajoutait à cela une révélation (trop) rapide d’un élément de l’intrigue enlevant le peu de piment qui agrémentait ce début de roman, ce qui a rendu ce début de lecture quelque peu laborieux, à la limite de l’ennui 😞


Il a fallu attendre l’apparition de Juliette dite Jules pour que cette lecture prenne un tournant plus palpitant. En même temps ils étaient prévenus, en la choisissant comme Shérif du Silo, ils prenaient un risque. « Si vous donnez un job à Jules, faites très attention. Attention?Pourquoi? Parce qu’elle le fera sacrément bien. Même si vous n’y comptiez pas vraiment« . Juliette est un personnage très attachant, une combattante, obstinée, têtue qui aime comprendre et quand elle met le nez dans les dossiers du Silo elle ne le fait pas à moitié.

S’en suit une nouvelle histoire, plus rythmée, plus haletante avec de l’action et des rebondissements. On a envie de savoir comment ça va tourner, pourquoi et comment ils en sont arrivés là.

Bref, si cette lecture était mal partie au départ, elle a fini par se révéler être une bonne lecture, intéressante, et qui a su me donner envie de lire la suite ♥️♥️♥️

COUP DE COEUR·LITTERATURE CONTEMPORAINE

Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa

paru le 12.02.2020 aux éditions Le livre de poche

Quatrième de couverture :

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Mon avis :

Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa est un énorme COUP DE COEUR.

Avec ce roman, l’auteur a su combler toutes mes attentes de lectrice pour faire de cette lecture un merveilleux moment.

Avec un style fluide, l’auteur nous offre une très belle histoire, emprunte d’une petite pointe de mystère portée par le personnage de Joanne, cette jeune femme plutôt terne et peu causante qui a répondu à l’annonce d’Émile. Alors qu’on connait les raisons qui poussent Émile à partir, on ignore tout de ce qui a poussé Joanne à vouloir elle aussi tout quitter et partir à l’aventure dans un camping car avec un inconnu pour son dernier voyage.

Ces deux là n’ont a priori rien en commun et on a du mal, après les premières pages à voir comment ils vont pouvoir cohabiter pendant 830 pages…et puis finalement chacun apporte quelque chose à l’autre, ils se dévoilent et il est alors impossible de les quitter jusqu’à la fin que j’ai adorée parce que c’est celle que j’espérais de tout mon coeur.

Ce roman est aussi fort éprouvant en ce qu’il nous plonge au coeur de ce que vivent les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leurs proches et le courage qu’il faut avoir pour appréhender cette maladie et ses conséquences.

Ce roman est une pépite, un hymne à la vie qu’on s’est choisie où le maître mot est de vivre pleinement chaque instant et d’apprécier chaque petit bonheur que vous offre la vie.

J’ai adoré suivre Joanne et Émile dans leur voyage et je ne peux que vous conseiller de prendre la route avec eux, vous ferez un un très beau voyage livresque.

❤️❤️❤️❤️❤️

POLARS/THRILLERS

Dans la peau de Nicci French

paru le 10.05.2011 aux éditions Pocket

Quatrième de couverture :

Zoé, institutrice fraîchement débarquée à Londres, n’a qu’une hâte : se débarrasser de son appartement sordide acheté trop vite.

Jennifer, mère de famille bourgeoise, s’investit dans la rénovation de sa maison du nord de Londres.

Nadia, animatrice de spectacles pour enfants, essaie de remettre de l’ordre dans sa vie… et dans son appartement.

Ces trois femmes ont un point commun : un tueur les observe, les connaît, les aime, et leur écrit…

Mon avis :

Dans la peau de Nicci French est un pur thriller anglais.

On suit 3 femmes différentes, Zoé, Jennifer et Nadia, mais qui ont toutes reçu une lettre qui leur annonce à l’avance qu’elles vont mourir.

La construction de l’intrigue est très linéaire, avec comme seul point de vue celui de ces 3 femmes, le lecteur ne suit absolument pas l’enquête de police, il doit se contenter des discussions entre les femmes et les policiers.

Les personnages sont froids, on a du mal à s’y attacher même si on ressent un peu d’empathie en lisant comment elles vivent la situation et l’impact de ces lettres sur leurs vies.

Le couple d’auteurs a choisi de nous montrer à un moment qui est la personne qui envoie ces fameuses lettre et c’est perturbant, surtout quand on reste extérieur à l’enquête de police.

On ressent bien la tension de la menace et on attend avec impatience de savoir comment tout va se résoudre à la fin, avec en même temps la crainte que cette fin ne soit pas à la hauteur.

Tout se fait dans les dernières pages et c’est très bien fait, c’est un poil surprenant, c’est cohérent avec tout le reste, c’est crédible et ça fait le job.

Bref, ce n’est pas un coup de coeur mais cette première découverte thriller de Nicci French est une très bonne lecture. ❤️❤️❤️

YOUNG ADULT

Killing November de Adriana Mather

paru le 2.01.2020 aux éditions Pocket juenesse

Quatrième de couverture :

Absconditi est une académie secrète et ultra-élitiste réservée aux enfants des Clans, un ordre tentaculaire qui manipule dans l’ombre les destinées du monde. Cours d’empoisonnement, lancer de couteaux, vols en tout genre… les élèves sont formés aux métiers d’assassin, d’espion, d’escroc. C’est un endroit cruel où les amis sont rares et dangereux : chaque année, des pensionnaires y meurent dans d’étranges circonstances. November Adley ignore pour quelle obscure raison son père l’a placée là, tant elle semble inadaptée à cet environnement. Elle devra pourtant s’y faire, et vite. Pour survivre, il lui faudra fouiller dans son passé et trouver sa place sur l’échiquier des Clans…

Mon avis :

Killing November d’Adriana Mather est une histoire pleine de mystères et de questions. Il y a des attaques, des rebondissements, des personnages intrigants, un univers riche et une intrigue bien menée et addictive.

J’ai été complètement conquise par ce roman qui m’a fortement rappelé la saga Divergente que j’avais adorée. November est un personnage très attachant, on l’aime dès le début, on vit et découvre avec elle la vie dans ce pensionnat très particulier où les élèves cohabitent malgré leur appartenance à des clans différents. On y retrouve selon moi un petit côté Harry Potter sans la magie.

C’est très bien fait, ça se lit très bien, c’est addictif et j’ai hâte de lire la suite…parce que oui il s’agit d’un tome 1 mais avec l’avantage d’avoir une fin. Bref, une vraie belle découverte dont je recommande la lecture ♥️♥️♥️♥️

POLARS/THRILLERS

Le miroir des âmes de Nicolas Feuz

paru le 21.08.2019 aux éditions Le livre de poche

Quatrième de couverture :

Lorsque le procureur Jemsen se réveille à l’hôpital, il ne lui reste que quelques bribes de souvenirs : le centre-ville de Neuchâtel, la terrasse d’un café, des visages souriants, puis l’explosion. Ensuite, le trou noir.
Tandis que le procureur, aidé de sa greffière, tente de remonter le fil de sa mémoire pour comprendre qui était visé par la bombe, deux policiers se lancent sur les traces d’un mystérieux tueur en série qui sévit dans la région. On le surnomme Le Vénitien à cause d’un procédé singulier : il coule du verre de Murano dans la gorge de ses victimes.

Un attentat sans commanditaire, des meurtres sans mobile apparent, tout est trouble dans ce polar essoufflant où se mêlent assassinats barbares, corruption politique, réseau de prostitution et mafia albanaise…

Mon avis :

Un rythme décoiffant, une intrigue passionnante mêlant enquête policière et quête de réponses pour le procureur amnésique, une plongée au coeur d’un réseau de prostitution, c’est le côté le plus noir des hommes qu’exploite l’auteur de façon très intelligente. Orchestré de main de maître, ce ballet entre les différents personnages, trépidant, captivant vous capture dès les premières pages et c’en est fini de votre vie personnelle, impossible d’en sortir avant la fin. Bref tout ce que j’aime dans un roman