HISTORIQUE·LITTERATURE CONTEMPORAINE

Abigaël – Magda Szabo

Abigaël de Magda Szabo paru le 4 septembre 2019+ au Livre de poche – 512 pages

Résumé :

Gina ira en pension. Son père adoré l’a décrété sans donner la moindre explication : « Ne dis au revoir à personne, amie ou connaissance. Tu ne dois pas dire que tu quittes Budapest. Promets-le-moi ! »
Elle doit oublier son ancienne vie et rejoindre, dans la lointaine province, Matula, une institution calviniste très stricte, reconnue pour la qualité de son enseignement.
Enfant gâtée, rétive aux règles, elle est vite mise en quarantaine. Seule solution pour survivre, l’évasion… qui se solde par un échec piteux. Désespérée, l’adolescente finit par confier ses malheurs à Abigaël, la statue qui se dresse au fond du jardin. Car selon l’antique tradition matulienne, Abigaël aiderait tous ceux qui le souhaitent. Et, miracle, l’ange gardien se manifeste !
Une série d’aventures rocambolesques sortent Gina du purgatoire et lui font comprendre la douloureuse décision de son père en même temps que le sens des mots honneur, solidarité et amitié.

Mon avis :

Magda Szabó, (1917 – 2007), est une écrivaine, poétesse, dramaturge, essayiste, docteure en philologie, traductrice et auteure d’ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse hongroise. Elle est l’auteur de plusieurs romans dont Abigaël a été ma première découverte, et certainement pas la dernière tant j’ai aimé cette histoire.

On se situe en Hongrie, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, période chère à mon cœur de lectrice. Georgina « Gina » Vitay est une jeune fille de 13 ans à cette époque, elle vit avec son père, Général dans l’armée hongroise, dont elle est très proche depuis qu’elle a perdu sa maman. Quand il décide de l’envoyer loin de Budapest , à Matula, une institution religieuse plus proche de la prison que d’une école, sans aucune explication, Gina est dévastée. Elle ne comprend pas pourquoi son père l’a envoyée dans cet endroit, régi par des règles très strictes, où les pensionnaires se livrent à des activités bizarres et où une mystérieuse statue, Abigaël, est censée aider les pensionnaires qui lui en font la demande.

J’ai tout aimé dans ce roman.

L’intrigue est bien menée.

Tout d’abord, le mystère qui plane sur les raisons qui ont conduit le père à se séparer de sa fille adorée, même s’il est levé assez rapidement, est bien installé. On suit les pensées de Gina qui s’imagine ces fameuses raisons et qui se sent trahie et abandonnée au point de vouloir s’échapper. Puis vient le moment où le père est obligé de révéler à sa fille la vérité sur sa présence à Matula.

« Des vies dépendent de ce que je vais te dire. Je n’ai pas voulu te mettre au courant, non que je n’aie confiance en toi, mais je ne voulais pas t’effrayer ni t’imposer des soucis que je te croyais trop jeune pour porter. Mais si je te laisse ici sans explications, en t’ordonnant simplement de rester sans que tu saches pourquoi, tu te sauveras peut-être de nouveau, ou tu te mettras à douter de moi et de l’affection qui nous lie. Alors je vais te parler, mais cela aura son prix. A partir de cet instant, tu ne seras plus une enfant, Gina, tu deviendras une adulte et plus jamais tu ne pourras vivre comme les autres enfants. Je remets ma vie entre tes mains, avec la tienne et celle d’autres personnes. Sur quoi jures-tu de ne pas nous trahir ? »

Et quand on sait, l’histoire prend une autre tournure. On comprend que ce qui se joue à Matula est une question de vie ou de mort, que la situation est grave et on se demande comment Gina va pouvoir rester dans cette institution alors qu’elle y a déjà compromis ses chances en se mettant à dos ses camarades.

La construction du récit est linéaire, tout se déroule au rythme de la vie monacale des pensionnaires, le tout pimenté par les frasques de Gina, peu habituée à obéir et à intégrer les règles. Il y est question d’intégration aussi, Gina débarquant au milieu des pensionnaires avec un esprit rebelle, non encore modelé par les règles de l’institution. On sent bien toutes les difficultés que cela va occasionner et la question de savoir si elle va pouvoir se rattraper après ses premières « erreurs » nous taraude.

L’énigme autour du « personnage » d’Abigaël donne un petit côté mystique à cette histoire. Puisqu’on est dans une institution religieuse, on se pose des questions. Humain ou esprit, qui est vraiment Abigaël, cette statue qui aide les pensionnaires ?

Ca se lit tout seul, c’est très plaisant à lire, le style est fluide et agréable lire.

Bref, cette première découverte de l’œuvre de Magda Szabo fut une belle réussite qui m’a donné envie de lire ses autres romans (que je me suis empressée de me procurer)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s