LITTERATURE CONTEMPORAINE

Desperados – Joseph O’Connor

Desperados de Joseph O’Connor par aux éditions Phébus en avril 1998 – 480 pages – traduction Pierrick Masquart et Gérard Meudal

Résumé

Desperados évoque, avec autant de vacherie que de compassion, les illusions d’une jeunesse – celle des années quatre-vingt – qui tend à confondre frime et engagement à travers les tribulations en Amérique Centrale de quelques paumés natifs de Dublin, à qui l’on a raconté que la révolution était une drogue douce. Bref, malentendus en cascade et sur toute la ligne. On rit, et l’on finit par n’être pas très loin de pleurer.

Mon avis :

Cette quatrième de couverture bien que quelque peu mystérieuse m’a convaincue, un jour, d’acheter ce roman dans une bourse aux livres. Et c’est en lisant Ohio de Stephen Markley que je me suis rappelée ce roman et que j’ai eu envie de le sortir de ma PAL. Sauf que cette histoire n’est pas la lecture promise par la quatrième de couverture à la lecture de laquelle on s’attend à suivre des jeunes pleins d’illusions dans un pays en guerre. En tous cas c’était l’idée que je me faisais de cette lecture avant de la commencer. Mais si Desperados a été une lecture bien différente de celle suggérée par la quatrième de couverture, elle n’en a pas moins été une très bonne lecture que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir.

Managua, Nicaragua, juillet 1985. Les Sandinistes sont au pouvoir depuis 1979, mais se heurtent à l’opposition somoziste, la « contra », soutenue par les Etats-Unis. Franklin et Eleanor des irlandais, divorcés, doivent venir à Managua pour identifier le corps de leur fils Johnny. Franklin et Eleanor doivent de nouveau se côtoyer, malgré les rancœurs qu’ils nourrissent l’un envers l’autre sans que l’on sache vraiment pourquoi…au début…quand le corps du jeune homme se révèle ne pas être leur fils, les deux ex décident de partir à la recherche de leur fils, vivant ou mort, dans une zone où les combats sont les plus violents. Ils sont accompagnés par les amis de leur fils, membres du groupe de musique les Desperados dont Johnny faisait partie. Ils sont tous différents mais réunis dans le camping car Claudette, ils partent à la recherche du fils perdu.
.
En parallèle, l’auteur nous raconte comment Franklin et Eleanor se sont connus, comment ils se sont aimés et comment ils ont finis par se séparer.
.
C’est émouvant, passionnant, très bien écrit et très agréable à lire. On ne voit pas les pages défiler. L’auteur, à travers l’histoire de Franklin et Eleanor, dissèque la relation amoureuse, les obstacles que la vie met sur la route du bonheur qu’ils s’étaient imaginé. Ce voyage dans un vieux camping car, dans un pays où la chaleur est prédominante, où il vaut mieux boire de l’alcool que de l’eau pour ne pas tomber malade, avec des jeunes aux caractères bien trempés, rebelles et insouciants, sera l’occasion pour Franklin et Eleanor de se parler enfin et de se comprendre.
.
La tension monte progressivement au fil des kilomètres qui défilent vers la zone de combat, ce voyage se finira-t-il dans la joie ou dans la douleur?.
.
Paru il y a plus de vingt ans, ce roman m’a embarquée avec Claudette et tous ses occupants dans un road trip parfois drôle, souvent émouvant et j’ai adoré ce voyage.
.
Si vous tombez dessus en boîte à livres ou en brocante (il est disponible sur quelques sites de livres d’occasion – pour info) , je ne peux que vous conseiller de le prendre, vous ferez un beau voyage livresque et passerez un bon moment de lecture

POLARS/THRILLERS·THRILLER

A pas de loup – Isabelle Villain

A pas de loup d’Isabelle Villain paru aux éditions Taurnada le 14.01.2021 – 190 pages

Résumé :

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.
Mais l’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

Mon avis :

J’avais déjà lu et beaucoup aimé Mauvais genre et Blessures invisibles, les précédents romans d’Isabelle Villain qui étaient des polars. Avec A pas de loup l’autrice s’initie au genre thriller et c’est une belle réussite pour une première tentative.

A pas de loup est un thriller, un roman noir prenant et glaçant.
.
La Barbarie est un eco-hameau en plein cœur des Alpes de Haute Provence où sont venus s’installer des familles motivées par l’envie de vivre en communion avec la terre, la nature, en harmonie avec les saisons, loin du tumulte et de la vie stressante des grandes cités urbaines. Parmi eux Rosalie et sonars, Philippe, sont arrivés quand leur fille Martin avait 6 mois. Sauf qu’aujourd’hui Philippe n’est plus là et on sent bien qu’il n’est plus le bienvenu dans cette communauté. Alors quand Martin, 6 ans, disparaît en pleine nuit, c’est le début des ennuis, le premier maillon d’une chaîne d’événements qui vont mettre à mal le rêve qui se jouait jusqu’alors à la Barberie.
.
En alternant passé et présent, l’autrice nous présente tous les acteurs de cette histoire, elle nous présente chacun des membres de cette communauté et les raisons, diverses, propres à chacun, qui les ont conduit à tout abandonner pour venir vivre à la Barberie.
.
L’autrice joue avec nous, elle décortique ce mode de vie, les règles mises en place pour organiser cette micro-société, elle place les pièces de son puzzle et peu à peu le voile se fissure et on se rend compte que tout n’est pas aussi idyllique qu’on voudrait bien nous le faire croire à la Barberie.
.
C’est fluide dans l’écriture, ça se lit tout seul et les pages se tournent très vite pour savoir comment ça va finir. J’ai énormément aimé cette lecture que j’ai trouvée originale dans les thèmes abordés, dans les relations des personnages et même si certains aspects de l’intrigue m’ont semblé un peu trop faciles et auraient mérité, selon moi, un plus de développement pour augmenter la tension, c’est une intrigue bien construite, prenante et glaçante jusqu’à la toute dernière page que l’autrice nous propose.
.
Ce thriller sort aujourd’hui et je ne peux que vous conseiller de vous le procurer, vous passerez un excellent moment de lecture.

Je remercie Joël et les éditions Taurnada pour leur confiance

POLARS/THRILLERS·PREMIER ROMAN

La mystérieuse affaire de styles – Agatha Christie

La mystérieuse affaire de styles d’Agatha Christie parue aux éditions Le masque en 1991 – traduction Thierry Arson – 223 pages

Résumé :

Lorsque la richissime Emily Inglethorp est retrouvée empoisonnée dans son manoir de Styles, les soupçons se portent rapidement sur son très jeune mari, Alfred Inglethorp. Mais le verdict paraît trop évident au colonel Hastings, qui décide de faire appel à son vieux compagnon Hercule Poirot. Ce dernier met alors tout en œuvre pour découvrir à qui pourrait profiter le crime. Car il y a aussi les beaux-enfants de Mme Inglethorp, et Cynthia, la protégée de la défunte : tous auraient pu se procurer la strychnine qui a servi à la tuer…
Les maigres indices ne faciliteront pas la tâche d’Hercule Poirot et mettront à l’épreuve sa perspicacité légendaire…

Mon avis :

En 2021 j’ai décidé de lire les romans d’Agatha Christie où apparaît Hercule Poirot dans l’ordre. J’ai donc commencé avec La mystérieuse affaire de styles, qui est le premier roman d’Agatha Christie et aussi le premier roman où apparaît Hercule Poirot, son personnage fétiche et celui de la majorité de ses lecteurs.

Mrs Inglethorp meurt chez elle au petit matin dans des circonstances troublantes sans que les autres résidents de la maison réveillés en sursaut ne puissent rien y faire. Qui pouvait lui en vouloir au point de la tuer? Ses 2 fils issus de son premier mariage, son nouveau mari, ses domestiques ? Il faut dire que cette vieille dame n’était pas très aimée car bien que très généreuse « elle rappelait toujours aux gens ce qu’elle avait fait pour eux« .
.
c’est donc la première fois qu’on voir apparaître Hercule Poirot, sollicité par son ami Hastings également ami avec un des fils de Mrs Inglethorp, pour résoudre cette mystérieuse affaire.
.
Hercule Poirot mène l’enquête, il discute, interroge, fouine mais sans jamais nous donner aucun indice. Parce que ce n’est pas lui qui raconte, on n’est pas dans sa tête, toute l’histoire nous est racontée par Hastings. On reste éloignés du raisonnement d’hercule Poirot, seules ses petites conversations avec Hastings ou avec d’autres pourraient nous donner des pistes si l’on pouvait voir où il veut en venir. Mais ce n’est jamais le cas.
.
C’est très rythmé sans temps mort, il y a des rebondissements des arrestations et des fausses pistes. Et si l’annonce du coupable m’a fait tiquer, l’explication détaillée, marque de fabrique du fameux détective, m’a finalement convaincue.
.
Mais il y a quand même un petit bémol : il ne me semble pas que nous, lecteurs, puissions trouver le coupable autrement que par un coup de chance en misant sur le bon suspect. On ne se dit pas « ah mais bien sûr!! » quand à la fin on sait, l’explication finale ne nous ouvre pas les yeux en raccordant tous les indices qu’on avait sous le nez, on y apprend aussi des choses qu’Hercule Poirot a découvertes en « coulisses » et qui l’ont mis sur la piste du coupable. C’est frustrant.
.
Cela reste tout de même une bonne lecture détente, un bon moment livresque.

Rendez-vous en février pour ma lecture du second roman de la série Hercule Poirot : Le crime du golf

COUP DE COEUR·THRILLER

Entre fauves – Colin Niel

Entre Fauves de Colin Niel paru aux éditions du Rouergue en septembre 2020 –

Résumé :

Martin est garde au parc national des Pyrénées. Il travaille notamment au suivi des derniers ours. Mais depuis un an et demi, on n’a plus trouvé la moindre trace de Cannellito, le seul plantigrade avec un peu de sang pyrénéen qui fréquentait encore ces forêts, pas d’empreinte de tout l’hiver, aucun poil sur les centaines d’arbres observés. Martin en est chaque jour plus convaincu : les chasseurs auront eu la peau de l’animal. L’histoire des hommes, n’est-ce pas celle du massacre de la faune sauvage ? Alors, lorsqu’il tombe sur un cliché montrant une jeune femme devant la dépouille d’un lion, arc de chasse en main, il est déterminé à la retrouver et la livrer en pâture à l’opinion publique. Même si d’elle, il ne connaît qu’un pseudonyme sur les réseaux sociaux : Leg Holas. Et rien de ce qui s’est joué, quelques semaines plus tôt, en Afrique.
Entre chasse au fauve et chasse à l’homme, vallée d’Aspe dans les Pyrénées enneigées et désert du Kaokoland en Namibie, Colin Niel tisse une intrigue cruelle où aucun chasseur n’est jamais sûr de sa proie.

Mon avis

J’ai découvert Colin Niel avec son roman Seules les bêtes que j’ai lu et adoré en 2020. Alors quand je suis tombée sur son nouveau roman Entre fauves en librairie, je me suis jetée dessus et cette lecture a été comme la première, un coup de cœur.

Pour la majorité des gens le lion est le roi des animaux, beau, majestueux, il est aimé des grands et des petits alors quand Martin, garde d’un parc national en France, fervent défenseur de la cause animal, tombe sur la photo d’une jeune fille debout, un arc à la main, à côté du cadavre d’un lion, il voit rouge…actif sur les réseaux sociaux pour dénoncer ces monstres, il décide ce coup-ci d’aller plus loin et de partir lui-même à la chasse à la tueuse.
.
Pour Kondjima, berger en Namibie, dans un pays rongé par la sécheresse où tous les animaux peinent à survivre, le lion est un redoutable prédateur qui a massacré son troupeau de chèvres. Il est comme le renard qui tue nos poules, le loup qui s’en prend aux brebis et Kondjima n’a qu’une seule idée en tête, tuer ce lion qui a fait de sa vie un enfer encore pire.
.
Apolline est une jeune fille, étudiante passionnée de chasse à l’arc qui rêve de s’offrir un lion en trophée.
.
Charles est ce lion, seul, affamé, qui rôde auprès des hommes et qui nous raconte également sa vie.
.
Avec ses quatre personnages dont les histoires se mêlent au fil des chapitres, dans une construction très originale du récit, l’auteur nous offre une intrigue palpitante, une histoire qui fait monter notre tension au fil des pages et le tout servi par une plume magnifique, des descriptions à vous couper le souffle.
.
C’est magnifique, machiavéliquement orchestré, l’auteur vous attrape dans son viseur et ne vous lâche plus jusqu’au dernier mot. C’est une histoire aux personnages très travaillés, complexes et c’est un vrai régal de les suivre pour voir comment tout va finir, comment l’auteur va nous emmener jusqu’au bout de cette chasse.
.
J’ai tout aimé dans ce roman qui, après Seules les bêtes, vient confirmer mon admiration pour Colin Niel. Cette lecture est un coup de cœur tant par l’intrigue en elle même que par les réflexions qu’elle a provoquées chez moi.
.
Bref, j’ai adoré cette lecture et je ne peux que vous conseiller de lire cet auteur au talent fou pour offrir des intrigues prenantes, originales et instructives.

FANTASTIQUE / SCIENCE FICTION·JEUNESSE·POLARS/THRILLERS

Les dossiers du Voile – Adrien Tomas

Les dossiers du Voile d’Adrien Tomas paru chez Fleurus le 8.01.2021 – 425 pages

Résumé

Lieutenant de police au sein de la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, Tia Morcese a beaucoup de mal à faire respecter l’ordre et la sécurité… et surtout à éviter que druides, nécromanciens, loups-garous et autres espèces méta-humaines révèlent leur existence au reste du monde. À côté de son impressionnante grande sœur, Mona pourrait presque passer pour une ado normale. Pourtant, l’apprentie sorcière est loin d’avoir les yeux dans sa poche ! Et quand elle tombe sur des informations-clés qui pourraient faire avancer les affaires en cours de Tia, ele n’hésite pas une seconde à suivre ses propres pistes. Mais le monde du Voile n’est pas sans danger…

Mon avis :

Les dossiers du Voile est une formidable aventure qui mêle habilement le genre policier et le genre fantastique. En effet, l’histoire se passe dans le « Monde fantasmagorique du Voile« , un monde où « l’ensemble des communautés de mages, sorcières, vampires, fées, trolls et autres loups-garous coexistent plus ou moins pacifiquement avec le reste de l’humanité, à l’insu de cette dernière« . L’univers est fort bien présenté, on est à Paris, il y a le métro, les différents arrondissements, la forêt de Fontainebleau mais on sait que derrière les apparences de vie normale, se cache un monde où la paix est précaire et ou les différents clans de personnages fantastiques qui cohabitent ne se vouent pas un amour éternel. Et pour préserver ce Voile, il existe une Brigade spéciale, la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, une brigade dont les compétences relèvent de quasi tous les Départements de la police « normale ». C’est très bien fait.

Tia Morcese, 28 ans, sorcière sans pouvoirs, fait partie de cette brigade. Elle totalise à elle seule autant d’affaires résolues que le reste des policiers du commissariat. Ses talents de tireuse d’élite, son sens inné de l’observation et son audace compensent amplement sa subtilité parfois discutable et son remarquable manque de décorum. Elle est chargée de s’assurer qu’aucun déchirement du Voile ne se produise, qu’en aucun cas les humains ne puissent découvrir qu’ils vivent entourés de personnages « magiques ». Alors quand des meurtres dans deux clans rivaux se produisent, elle sent bien que cette enquête ne va pas être de tout repos, d’autant plus qu’elle se retrouve chargée de sa propre famille pendant l’absence de sa mère. Et les membres de sa famille ne sont pas les plus sages des membres de la communauté du Voile. Mona, sa petite sœur, apprentie sorcière, jeune adolescente de 16 ans a beaucoup de mal avec l’obéissance et avec son amie Héloïse, louve-garou, à l’aube de sa première transformation et son ami, Samir, Djinn (génie) taille basse (vous voyez le jeu de mot ?), ils vont se retrouver dans de beaux draps.

C’est très bien écrit, bourré d’humour et l’intrigue est très bien menée avec une très intéressante réflexion sur cette société quelque peu particulière. C’est très bien fait, les personnages sont très bien campés, avec de forts caractères, des défauts et attachants chacun à leur manière. C’est un vrai plaisir de les suivre. Tout est crédible, l’auteur a su créer un juste équilibre entre ce qui relève de l’univers fantastique et le placer de façon très intelligente dans notre monde moderne actuel. L’intrigue qui se joue est très bien construite, les chapitres, les réflexions, les rebondissements s’enchainent, c’est addictif et on ne peut lâcher l’affaire avant de savoir ce qui se passe.

C’est un roman destiné aux jeunes mais honnêtement les adultes y trouveront leur compte aussi. Moi, du haut de mes 42 piges, je me suis régalée avec cette histoire, j’ai savouré les vannes, les piques, les échanges entre les différents personnages, j’ai souri à bien des moments tellement l’humour et le sarcasme sont présents dans cette histoire, placés judicieusement, utilisés à bon escient et qui apportent un petit quelque chose en plus. Et l’intrigue policière qui se joue n’est pas en reste.

Bref, j’ai énormément aimé ce roman. Il sort en librairie demain 8 janvier 2021 et je ne peux que vous encourager à plonger dans les dossiers du Voile, vous ne serez pas déçus.

Et le plus dur maintenant va être d’attendre la suite des aventures de Tia.

Je remercie vivement les éditions Fleurus pour leur confiance et l’envoi de ce très bon roman

LITTERATURE CONTEMPORAINE

Un livre de martyrs américains – Joyce Carol Oates

Un livre de martyrs américains de Joyce Carol Oates paru aux éditions Philippe Rey le 5.09.2019 et chez Points le 1.10.2020 – traduction Claude Seban

Résumé :

2 novembre 1999. Luther Dunphy prend la route du Centre des femmes d’une petite ville de l’Ohio et tire sur le Dr Augustus Voorhees, l’un des  » médecins avorteurs  » de l’hôpital. De façon remarquable, Joyce Carol Oates dévoile les mécanismes qui ont mené à cet acte meurtrier et offre le portrait acéré d’une société ébranlée dans ses valeurs profondes. Entre les fœtus avortés, les médecins assassinés ou les  » soldats de Dieu  » condamnés à la peine capitale, qui sont les véritables martyrs ?

Mon avis :

Je m’étais déjà essayée à la lecture des romans de Joyce Carol Oates (Mère disparueFille noire, fille blanchePetite soeur mon amour) sans que cela soit un grand succès. Et pourtant je me suis lancée dans Un livre de martyrs américains, cette pavasse de 860 pages, après avoir lu les avis très positifs des copines sur Instagram. Pour ne pas prendre trop de risque je l’ai emprunté à la bibliothèque mais j’ai tellement aimé cette lecture que je vais m’acheter soit le grand format d’occasion soit la version poche sortie en fin d’année 2020 chez Points.

Un livre de martyrs américains c’est une plongée en profondeur dans un sujet qui, aux Etats-Unis, est au cœur d’une profonde opposition entre les pro et les anti : l’avortement, qui depuis l’arrêt Roe v. Wade de la Cour suprême, en 1973, est considéré par la Justice américaine fédérale comme relevant du droit à la vie privée protégé par le IVe amendement. Chaque Centre de femmes ou clinique pratiquant les avortements est la cible de manifestants pro-vie qui peuvent être parfois très violents, la protection tant des femmes qui veulent s’y rendre que des médecins qui y pratiquent est devenue une nécessité…bref, c’est un sujet très sensible et c’est avec beaucoup d’intelligence, de subtilité que Joyce Carol Oates le traite dans ce roman qui, bien que très dense, se lit assez facilement et sans qu’à aucun moment un quelconque sentiment d’ennui ne vienne ternir cette lecture.

L’autrice décortique admirablement bien tous les aspects de cette guerre qui fait rage entre les deux camps, sans aucun jugement elle nous présente tous les personnages en toute objectivité, et les conséquences que les actes des uns ont eu sur la vie des autres. Comment Luther Dunphy, charpentier, fervent croyant a t-il pu en arriver à commettre l’irréparable en tuant « son prochain »? Comment sa famille, sa femme et ses enfants et aussi la famille et les enfants du médecin assassiné ont-ils vécu après ce drame?

C’est passionnant, remarquablement bien écrit et quelle que soit notre position sur le sujet, c’est une lecture qui fait réfléchir. L’autrice analyse tout en profondeur, la façon dont se déroule le procès et les moyens de défense présentés par les défenseurs de Luther, les conséquences sur les familles des deux côtés, les attentes, les déceptions. Comment vivre tant que tout n’est pas réglé. Les filles des deux hommes, Dawn Dunphy et Naomi Vorhees n’avaient qu’une dizaine d’années quand elles ont chacune perdu leur père. Et la deuxième partie qui est consacrée à leurs vues respectives est particulièrement touchante et émouvante.

Bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture poignante et émouvante sur un sujet difficile.

BILAN

BILAN 2020

L’année 2020 est maintenant dernière nous et si elle a été quelque peu pourrie au niveau vie de tous les jours avec ce satané virus qui nous enquiquine et nous empêche de vivre réellement comme on veut, l’année 2020 aura quand même été une bonne année livresque.

En 2020, j’ai lu 98 livres. Je ne me fixe jamais d’objectifs car ce n’est pas une course au plus grand nombre de livres lus mais je note toutes mes lectures lues et j’aime bien voir à la fin de l’année combien de livres j’ai pu lire. J’avoue qua lorsque j’ai vu que j’approchais des 100 je me suis dit que ca pourrait être sympa de finir l’année sur ce chiffre mais je n’ai rien changé à mes prévisions de lectures notamment du mois de décembre où j’ai lu deux pavés et c’est donc sur ce chiffre de 98 que je termine l’année 2020. En réalité j’ai lu 96 livres puisqu’il y a eu deux abandons dans mon année livresque.

Toutes mes lectures de 2020 n’ont pas encore été chroniquées sur le blog parce que je l’avais un peu laissé de côté pendant une période mais comme l’envie de partage et de tenir ce blog est revenue , je rattraperai mon retard de chroniques en 2021. Au niveau des genres lus, les polars/thrillers sont toujours en tête avec 40 livres mais la littérature générale se rapproche à grands pas avec 32 livres. C’est un genre que j’apprécie de plus en plus car on y découvre des histoires plus variées et porteuses d’émotions alors que les polars/thrillers sont, à part quelques exceptions, assez « similaires » et il m’est de plus en plus difficile d’être scotchée par un roman de ce genre depuis 2019 où j’ai découvert Mattias Köping qui a révolutionné mon univers « thrilleresque ». J’ai lu également 9 romans historiques cette année, principalement sur la seconde guerre mondiale qui reste ma période préférée de l’Histoire et la romance a fait une entrée dans mon paysage livresque avec 5 livres lus cette année, de même que les classiques, grâce au programme de Coach Zola initié pendant le 1er confinement, ont aussi intégré mes genres de lectures avec 6 livres lus cette année. J’ai aussi lu du Young adulte, du fantastique et de la jeunesse mais beaucoup moins que les années antérieures.

Mes lectures préférées de 2020 (cliquez sur les photos pour accéder aux avis):

POLARS/THRILLERS

dav

LITTERATURE GENERALE

HISTORIQUE

Et pour 2021 quoi de prévu?

Lire encore et toujours pour le plaisir, partager mes avis ici et sur instagram et faire baisser ma PAL qui a considérablement augmenté en 2020 en raison d’une frénésie d’achats livresques en fin d’année.

Découvrir de nouveaux auteurs jamais lus comme par exemple Franck Bouysse, Maud Mayeras, Wendall Utroi, Henri Loevenbruck dont je n’entends que du bien et dont je me suis procuré quelques romans (frénésie d’achats de fin d’année), continuer à découvrir des auteurs déjà lus et je ne doute pas que les avis des autres passionnés de lecture feront grandir et bouger mes envies livresques de 2021.

Je vous souhaite une excellente année 2021, qu’elle vous apporte tout ce que vous souhaitez.

POLARS/THRILLERS

UN(e)SECTE – Maxime Chattam

UN(e)SECTE de Maxime Chattam paru chez Albin Michel le 30.10.2019 – 454 pages

Résumé :

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux ? À s’organiser ?
Nous ne survivrions pas plus de quelques jours.

Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d’une jeune femme, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s’entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante.

Mon avis :

Après avoir bien aimé Le signal, j’ai eu envie de récidiver avec cet auteur. Alors quand j’ai vu Un(e)secte à la bibliothèque, j’ai saisi l’occasion. Je l’aimé plus que le précédent même si ce n’est pas (encore) le grand kiffe.
.
A Los Angeles, Atticus Gore, policier, doit faire face à un cadavre dépouillé du moindre gramme de chaire en un temps défiant toutes les lois de la décomposition. Quelles bestioles ont pu agir ainsi ?
A New York, Kat Kordell, détective privée, enquête sur la disparition d’une jeune femme dans la chambre de laquelle gisait le cadavre d’un chat aux entrailles mouvantes et avec de mystérieux symboles pyrogravés sur la colonne vertébrale.
.
Ca commence très fort et très vite on est embarqués dans ces deux enquêtes que l’on suit en parallèle et qui démangent, grattent et piquent notre curiosité.
.
Ça se lit bien et quand on commence à se dire que ouais bon c’est bien gentil mais on voudrait un peu de bestioles et de flipette quand même, l’auteur nous entend et nous offre quelques scènes bien gores et je dois bien avouer que j’ai surveillé les crevettes du réveillon avec attention au moment de les dépiauter (je sais, ce ne sont pas des insectes mais quand même, on ne sait jamais !!!).
.
Sur le fond de l’intrigue, c’est assez bien fait même s’il me semble avoir déjà vu et/ou lu sur cette question, mais globalement, l’auteur a su raccorder tous les wagons de son histoire et quand on referme ce roman, on se dit que c’était une chouette histoire, pas forcément aussi flippante qu’on l’aurait espérer mais qui remplit sa mission de nous faire passer un bon moment de lecture.

COUP DE COEUR·HISTORIQUE

Déjà, l’air fraîchit – Florian Ferrier

Déjà, l’air fraîchit de Florian Ferrier paru chez Plon le 15.10.2020 – 672 pages

Résumé :

1946 Hitler est mort, l’Allemagne plonge dans l’abîme.
Elektra, jeune allemande, bibliothécaire-expert pour la SS, attend son jugement par les alliés. En prison, elle revit son existence, hantée par l’absence de son père, et à travers elle, la montée du nazisme, l’occupation en France et la vie parisienne tant appréciée outre Rhin…
Dans une Europe dévastée par la guerre, Elektra tente de diriger sa vie et de s’émanciper.
Témoin privilégié de la voracité des services de spoliation dans l’Europe entière, alors que la défaite semble inéluctable, finira t’elle par prendre conscience de la brutalité de ce monde meilleur pour lequel elle pense œuvrer ?

Mon avis :

C’est complètement par hasard que je suis tombée sur ce roman sur une table de la librairie dans laquelle je m’étais rendue pour tout autre chose. Mon œil a été attiré par la couverture, puis après avoir lu la quatrième de couverture, j’étais complétement séduite, il me fallait ce livre. Et aussitôt acheté, aussitôt commencé, j’ai été complètement happée par cette histoire que j’ai dévorée en quatre jours.

Déjà, l’air fraîchit est un roman magistral tant dans sa construction que dans l’histoire, c’est bluffant.
.
En 1946, Hitler est mort et Élisabeth Elektra Winter, 26 ans attend d’être jugée pour son appartenance au régime nazi. En quatre mois de détention, elle a eu le temps de se demander comment elle en est arrivée là, comment elle s’est convaincue d’appartenir à la race supérieure. Elle ne cherche pas à se disculper, elle ne s’abaissera pas à salir son histoire.
.
Et c’est cette histoire que nous raconte l’auteur dans ce beau pavé de plus 650 pages qui se dévore d’une traite. Dès le premier chapitre j’ai été séduite par la très haute qualité de la plume de l’auteur. A travers la vie d’Elektra, l’auteur retrace toute la seconde guerre mondiale du point de vue des allemands, de la montée du nazisme à la débâcle finale, rien n’est épargné au lecteur.
.
Elektra est l’héroïne de cette fresque, elle est attachante mais aussi troublante. On s’attache très vite à cette jeune fille qui a perdu son père très tôt, mystérieusement disparu quand elle avait 12 ans et dont l’absence plane comme une ombre sur sa vie. On vit avec elle son incorporation dans le service SS de confiscation des livres.

c’est une guerre feutrée que se livrent les services français et allemands autour du livre, dont l’enjeu est la préservation de l’histoire et de la culture

Et on suit toute sa vie pendant la guerre, son évolution tant professionnelle que personnelle.

Elektra prend conscience que la folie destructrice qui sévit ici la rend coupable de complicité, ainsi que l’ensemble du peuple allemand. Et lorsque viendra l’heure des comptes, personne ne sera épargné

La différence entre la Elektra, prisonnière à la fin de la guerre, et celle qu’on suit au cours du récit se révèle de plus en plus trouble au fil des pages, au fur et à mesure où l’on voit la jeune fille qu’elle était au début, évoluer au gré des évènements qui jalonnent son parcours. Elektra devient de plus en plus mystérieuse et envoutante.

C’est très documenté et fouillé historiquement, on vit vraiment le régime nazi de l’intérieur, les bagarres entre les différents services, les manigances et les personnalités des hauts responsables de ce régime. Il y a ceux qui savent ce qui se passe réellement et les autres, les simples maillons d’une chaine, qui font leur travail sans imaginer l’horreur de ce qui se passe réellement.
.
La construction du récit est intelligente, l’alternance présent/passé est magistralement orchestrée, la tension et le suspense s’installent progressivement et il devient impossible de lâcher ce roman avant d’en connaître le dénouement.
.
J’ai tout simplement adoré cette lecture qui m’a complètement emportée dans un tourbillon d’émotions, c’était passionnant et addictif et le côté thriller qui s’immisce dans l’histoire ont fait de cette lecture un pur kiffe livresque.
.
Je ne peux que vous encourager à lire ce roman, vous ne serez absolument pas déçus.

POLARS/THRILLERS

Tu tairas tous les secrets – Hervé Jourdain

Tu tairas tous les secrets de Hervé Jourdain paru chez Fleuve noir le 11.10.2018 et chez Pocket le 27.08.2020- 448 pages

Résumé :

Une femme est retrouvée morte dans le parc naturel des Ardennes.
À quelques kilomètres de là, le corps d’une autre est repêché dans la Seine.

Sur le pull que portait la première victime, l’ADN de l’épouse d’une chef de brigade de la PJ de Paris.
Au cou de la deuxième, un curieux médaillon en forme de chouette.

Le commande Guillaume Desgranges est chargé de l’enquête parisienne. Et ce qui se passe dans les Ardennes, il refuse d’en entendre parler : il a élevé seul son fils et remué ciel et terre pour retrouver celle qu’il aimait. Le temps a passé. Son évaporation ne regarde qu’elle, à présent, où qu’elle soit.
La brigadière Zoé Dechaume ne l’entend pas de cette façon et n’a qu’une idée en tête : remonter la piste ardennaise. Alors, en toute clandestinité, et en duo avec sa coéquipière Lola Rivière, elle va se lancer sur les traces d’une femme qu’elle ne connaît pas, mais dont elle a toutes les raisons de penser qu’elle vit encore.

Entre Paris, la Belgique et les Ardennes, mettant en péril leurs carrières et bien plus encore, les deux jeunes femmes vont se heurter aux secrets qui contraignent au silence, écorchent, et finissent par tuer ceux qui les portent.

Mon avis :

J’avais repéré ce roman sur les étals d’une librairie, je l’avais pris puis reposé et l’avis d’Anaïs (Anaïs serial lectrice) m’avait fait regretter mon choix alors quand je suis tombée dessus dans les rayons de ma bibliothèque, là je n’ai pas hésité et l’ai emprunté. Et ce fût finalement une bonne solution car si j’ai bien aimé cette lecture, elle ne m’a pas emballée plus que ça.

Tu tairas tous les secrets est un pur polar français sympathique à lire et où les femmes prennent le pouvoir mais dans lequel il m’a manqué une pointe de densité dans l’intrigue pourtant promise par la quatrième de couverture.
.
Ce polar a toutes les qualités d’un polar écrit par quelqu’un de la « maison »; il n’y a pas à dire, seuls les policiers savent retranscrire fidèlement cette ambiance que j’apprécie beaucoup. C’est direct, fluide ca se lit tout seul.
.
On suit deux enquêtes sur des meurtres de femmes, menées principalement par des femmes policiers. Et quelles femmes !!! Deux enquêtrices qui n’ont pas froid aux yeux et qui n’ont pas peur de désobéir. Je les ai beaucoup aimées ces deux fliquettes, du début à la fin.
.
Au niveau des deux enquêtes il y en a une qui se résout assez vite finalement, trop vite à mon goût et l’autre prend une tournure inattendue, juste au moment où je commençais à ressentir le manque de rythme. Timing parfait. La deuxième moitié se dévore dans une ambiance très dynamique et tendue donc très appréciable.
.
Mais si j’ai bien aimé globalement l’histoire et les thèmes abordés, il m’a manqué quand même certains éléments espérés à la lecture de la quatrième de couverture et trop de questions sont restées en suspens pour que ce soit une totale réussite.
.
C’est un très bon polar qui fait le job que j’ai bien aimé mais pas autant que je l’espérais. Une bonne lecture tout de même.