Non classé

Un bonnet torsadé

bonnet torsadé

Le froid arrivant à grand pas, je m’étais décidé à me tricoter un bonnet. Pourtant je n’ai pas une tête à chapeau alors les bonnets n’en parlons pas !!! Mais j’ai trouvé ce modèle tellement joli que j’ai eu envie de le faire quand même.

Je l’ai trouvé dans le magazine Tricot création n°11 du 23 octobre 2015

tricot creation

Spécial accessoires douillets, il regorge de jolis modèles (d’ailleurs l’écharpe en haut à gauche est aussi sur mes aiguilles en ce moment). Cependant, si ce magazine n’est plus en vente en version papier, il l’est encore en version numérique, m’interdisant ainsi de vous communiquer les explications en intégralité.

bonnet toradé début

Je me contenterai donc de vous donner quelques informations générales. C’est un ouvrage qui se tricote en rond, le diagramme est assez facile à retenir et consiste en une répétition en croisement du motif qui se compose d’une torsade et d’une pointe dentelle. Rien de bien compliqué, des mailles endroits, des mailles envers, des jetés, des mailles ensemble et des surjets, on ne s’ennuie pas et en fonction de la laine choisie ça monte vite.

bonnet torsadé presque fini

Sur la fin le patron est assez peu explicite et j’ai du improviser pour fermer le bonnet mais je suis assez contente du résultat.

Ce fut ma première expérience du tricot en rond et quel bonheur de n’avoir que 2 fils à rentrer en fin de travail et pas de coutures à réaliser. J’avait des aiguilles circulaires avec un câble juste de la bonne dimension pour réaliser ce bonnet sans utiliser de « magic loop » mais directement en tricotant les mailles les unes derrière les autres sans m’arrêter.

Au final j’ai mis une petite quinzaine de jours à le tricoter. Je précise que c’est parce que je ne tricote pas tout le temps, que parfois je m’endors au bout de 2 ou 3 rangs et qu’une tricoteuses plus assidue le terminera très rapidement. Et au final j’ai offert ce bonnet à ma sœurette parce que sur moi qui ai les cheveux courts ça faisait un peu bonnet de bain et selon mon chéri la couleur grise ne me va pas au teint. Ma sœur a les cheveux aux épaules et du coup le fait de voir des cheveux dépasser du bonnet est plus sympa.

En tous cas, c’est un modèle très sympa et facile à réaliser et dès que le magazine ne sera plus du tout en vente, je reviendrai ici pour mettre les explications détaillées.

Non classé

Les podcasts créatifs

gif tricot

En tant que blogueuse littéraire je connaissais les « booktubeurs », ces personnes, blogueurs ou non, qui font des vidéos sur Youtube pour parler de leurs lectures, de leurs réceptions de livres… Je n’ai jamais trouvé de « booktubeur » qui puisse me faire rester plus de 2 minutes devant une vidéo, que ce soit parce que le ton employé reste très plat et « ennuyeux » ou parce que finalement la vidéo n’apporte rien de plus par rapport à un article « papier ». Bref, je n’ai jamais accroché au principe des vidéos pour les livres.

Et là, pendant ma semaine de vacances, je suis tombée sur des vidéos d’un nouveau genre, les podcasts créatifs, des vidéos faites par des tricoteuses/couseuses/crocheteuses qui montrent leurs réalisations. Même combat, vous allez me dire. Et bien  non, j’ai apprécié chacune des vidéos que j’ai regardées et y ai même trouvé un intérêt, une plus-value, par rapport aux articles papier des blogueurs créatifs.

Si vous connaissez un peu le monde du tricot, vous savez que l’on ne peut partager sur Internet et sur les réseaux sociaux que des patrons qui ne sont plus en vente. Pour ces réalisations là, un article papier est indispensable d’une part pour montrer ladite réalisation mais aussi pour expliquer en détail comment s’y prendre pour arriver à en faire autant.

Sauf que mis à part fouiller dans les vieux modèles de nos grands-mères, les trois quarts des patrons de tricot sont payants et dans ce cas là je trouve que le podcast – vidéo trouve tout à fait son intérêt par rapport à l’article papier parce que ne pouvant donner les explications détaillées du modèle, l’article papier va être assez bref, une petite photo de la réalisation, les références du patron et le type de laine utilisée et …puis c’est tout. Comment expliquer les choses sans contrevenir à la législation sur les droits d’auteur. Alors qu’avec une vidéo, non seulement vous pouvez montrer la réalisation du modèle et en tournant l’ouvrage dans tous les sens, expliquer les points ardus, les petits détails auxquels il faut être attentif.

Attention je ne dis pas que les articles papier ne servent à rien dans ce cas là, je dis juste qu’à mon sens la vidéo peut être plus intéressante.

En tous cas, moi j’ai craqué pour 2 podcasteuses que j’ai trouvées très bien, très intéressantes dans leurs paroles et leurs projets qui m’ont donné envie de réaliser certains d’entre eux et même me font réfléchir à l’idée de faire des vidéos.

Comme je suis une gentille fille, je vous partage ces deux découvertes et je suis sûre que comme moi vous regarderez ces vidéos avec plaisir.

Il y a tout d’abord Abyon, une jeune femme qui parle très bien, de façon dynamique et qui réalise de très jolis ouvrages très actuels et modernes.

 

Il y a ensuite Fille d’hiver, une tout aussi jeune femme, qui parle tout  aussi bien, qui réalise de tout aussi beaux ouvrages et qui fait aussi des vidéos à thème.

 

Je n’ai pas encore visionné tous les épisodes de Fille d’hiver mais je sais déjà que de nouveaux projets vont venir augmenter ma liste de projets à réaliser.

Et je parie que vous allez subir le même sort 😉

Non classé

Arthus Bayard et les maîtres du temps – Laurent Bettoni

Roman d’aventures de 365 pages publié le 17/10/2013 par les éditions Din Quichotte

« Arthus, 14 ans, a perdu ses parents très tôt. Adopté par la famille Saint-Ange, des amis de longue date des Bayard, Arthus grandit aux côtés de la ravissante Lalie, 14 ans également. Les deux adolescents sont placés sous la surveillance de la fougueuse gouvernante Loreena, et du trouillard homme à tout faire Tomaso.
Le jeune garçon découvre un jour qu’il a le don de partir dans le passé, et d’y emmener tous ceux qui se trouvent à ses côtés au moment du départ. Problème : il ne décide ni du moment de départ, ni du lieu et de l’époque d’arrivée ! Voilà donc les quatre protagonistes embarqués dans un incroyable voyage dans le temps, aux côtés de Proust, Cocteau ou encore Conan Doyle. 

Mais Arthus se rendra vite compte que s’il possède ce don, c’est pour accomplir une mission périlleuse et changer le cours des choses… »

 Mon avis :
Je tiens tout d’abord à remercier l’agence LP Conseils de m’avoir proposé de découvrir ce roman d’un auteur que je ne connaissais pas mais que maintenant je vais suivre avec attention.

Vous l’aurez compris j’ai énormément aimé cette lecture et le mot est faible tant ce roman a su m’embarquer grâce à une histoire passionnante et des personnages très touchants.

L’écriture est fluide et ultra facile à lire.

L’histoire est très bien pensée et dès le départ le côté aventureux est bien présent. Arthus, un jeune garçon de 14 ans, orphelin, se découvre un jour le pouvoir de voyager dans le temps ; il en fait profiter sa meilleure amie Lalie, sa gouvernante Loreena et son chauffeur Tomaso ; les voyages dans le temps de nos héros ont un but ignoré de ces derniers et du lecteur qui découvre les indices au fil des pages même si l’auteur a intégré des passages relatifs à l’objet de la mission. Le tout est cohérent sans aucune longueur, le lecteur est constamment intéressé par ce qu’il lit et le mystère plus général concernant le don d’Arthus reste entier. Alors que d’habitude le premier tome d’une saga pose un peu le décor et les personnages, nous sommes ici en présence d’une véritable aventure avec de l’action, du suspense, de l’humour et des sentiments.

Les personnages d’Arthus, Lalie, Loreena et Tomaso apportent aussi énormément à l’histoire. Très bien décrits il sont très touchants et drôles. Si le duo Arthus/Lalie est plutôt commun aux romans adolescents, mais pour autant très drôle et à l’image des jeunes adolescents de notre époque, le duo Loreena/Tomaso est tout simplement extraordinaire d’humour, de dérision et de surprise.

Le résumé de ce roman m’avait déjà bien emballée et encouragée à accepter de recevoir ce roman en SP et la lecture m’a définitivement conquise et c’est avec impatience que je vais attendre le tome 2 et les suivants.

Bref, ce roman est un énorme coup de coeur livresque que je ne peux que vous inviter à découvrir à votre tour.

Non classé

Marbré nature / chocolat

Les vacances sont l’occasion de faire plaisir aux enfants en leur confectionnant des goûters sympas et qu’ils vont apprécier. Le marbré au chocolat est quasi un incontournable et nous l’avons donc mis au programme de nos goûters de ces vacances d’octobre.

Comme je ne suis pas une perle en cuisine j’ai cherché une recette facile sur internet et mon choix s’est portée sur celle du site recette.com

Gateau marbré au cacao

Ingrédients :

  • 40 g de cacao,
  • 250 g de farine,
  • 150 g de beurre,
  • 150 g de sucre,
  • 4 oeufs,
  • quatre cuillères à soupe de lait,
  • un sachet de levure

Préparation de la recette Gateau marbré au cacao étape par étape:

  • Préchauffez votre four à 200°C (thermostat 6/7). Beurrez et farinez un moule à cake.
  • Mélangez tous les ingrédients ensemble sauf le cacao.
  • Divisez la pâte en deux, dans deux récipients séparés. Dans l’un des deux, versez le cacao et mélangez bien.
  • Dans le moule à cake, versez une couche de pâte blanche. Puis étalez de la pâte chocolatée. Répétez l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.
  • Enfournez pendant 40 minutes. Démoulez lorsque le gâteau aura tiédi.

Bon alors déjà, en rédigeant cet article je me rends compte que j’ai oublié de mettre la levure (quand je vous dis que je ne suis pas une perle en cuisine) mais ça n’a pas eu d’impact réel, le marbré a bien cuit, il était peut être un peu moins haut qu’il aurait dû être mais qu’importe.

Bon sinon comme ils ne précisent pas dans quel ordre il faut mélanger les ingrédients, voici comment moi j’ai fait :

  1. j’ai mis dans un bol le beurre ramolli (au micro-ondes ouhhhhh) et le sucre que j’ai mélangés ensemble
  2. j’ai mis dans un autre bol la farine (et il eut fallu que je rajoute la levure)
  3. dans un 3ème bol (oui j’ai un lave-vaisselle donc je ne me préoccupe pas vraiment du nombre de bols que je salis) j’ai battu les œufs en omelette.
  4. j’ai rajouté les œufs battus dans le bol où j’avais mis le beurre et le sucre et j’ai bien mélangé. Ça donne une texture un peu granuleuse bizarre mais il ne faut pas en tenir compte.
  5. puis j’ai versé cette préparation dans le bol où il y avait la farine et ai mélangé le tout comme pour la pâte à crêpes, d’ailleurs ça fait un peut pareil puisque le mélange devient très épais et difficile à manier avec le fouet.
  6. ensuite j’ai ajouté les 4 cuillères à soupe de lait et mélangé jusqu’à obtenir une bonne texture lisse de pâte
  7. après j’ai fait comme ils disent sur la recette en utilisant du chocolat en poudre Nesquick pour le côté chocolat.

Étaler les couches de pâte dans le moule a été un peu compliqué puisque la pâté n’étant pas très liquide, il faut l’étaler à la spatule en faisant attention de ne pas trop appuyer pour ne pas mélanger les 2 pâtes.

Je vous montre les différentes étapes en photo et vous pouvez voir que même sans la levure il a bien monté. Il était bien moelleux, juste assez sucré comme il faut, la partie chocolat pas plus sèche que le reste, bref une très belle réussite culinaire.

marbré finallisé

Et je peux vous dire qu’il se conserve très bien (si on ne mange pas tout d’un coup hein) en le recouvrant de papier aluminium et en le mettant dans un endroit sombre. Moi je l’ai mis dans mon four et il a gardé son moelleux.

Je pense le refaire souvent pour contenter mes enfants et même tester une variante en le faisant tout nature avec des morceaux de pomme ou de poire.

Non classé

Les différentes techniques de tricot

gif tricot

Il existe différentes techniques pour tricoter et chacun doit trouver celle qui lui conviendra le mieux. L’idée de faire cet article m’est venue en voyant ces différentes techniques sur internet dans les vidéos de tricot que je ne me lasse pas de regarder pour apprendre de nouveaux points et de nouvelles techniques. Comme le dit Mercotte pour la cuisine (je suis en pleine phase Le meilleur pâtissier) « quand je me suis intéressée à la cuisine, je l’ai fait à fond ! » et c’est ce que je fais en tricot.

Quand j’avais une dizaine d’années (autant vous dire que ça remonte à loin!!!) ma grand-mère maternelle m’a appris le tricot selon la méthode « à la française » et en tenant le fil de la main droite « à l’anglaise ».

(vidéo du site vidibio)

C’est la méthode classique, celle que tous les magazines et ouvrages de tricot mettent en avant pour apprendre le tricot. Si elle est agréable pour les droitières, elle présente quand même des limites en ce qu’il faut lâcher l’aiguille que l’on tient de la main droite pour passer le fil par dessus ladite aiguille à chaque tricotage de maille et surtout le tricotage de certains points comme les côtes ou le point de riz est assez pénible puisqu’il faut passer le fil d’un côté ou de l’autre de l’aiguille  pour alterner les mailles endroit et envers. Outre la perte de temps pour effectuer ces changements, cette méthode de tricot oblige à faire des mouvements de poignet qui peuvent gêner les tricoteurs/teuses qui comme moi ont des petits problème de canal carpien douloureux. Tricoter pendant des heures et des heures est  douloureux….

Jusqu’à très récemment je me contentais de cette technique, celle que je maîtrisais malgré ses défauts tout en admirant certaines tricoteuses que je voyais dans des vidéos et qui allaient à une vitesse folle en tenant le fil dans la main gauche.

Il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité et après recherches sur Dieu google j’ai découvert qu’il existait une autre méthode de tricot dite du tricot continental où on tient le fil de la main gauche et où on ne lâche jamais les aiguilles sauf pour tourner le travail.

(vidéo du site Stipa & alpaga)

Aussitôt trouvée aussitôt essayée et je dois bien avouer que c’est compliqué de changer de méthode de tricot après des années d’habitude avec une méthode. Pour la maille endroit, ça va à peu près, j’arrive à m’en sortir. Ca ressemble énormément à la maille serrée du crochet et il est vrai que c’est plus fluide et plus rapide (après un peu de pratique pour le 2ème point). Mais alors pour la maille envers ouh la la la la catastrophe, une galères pour attraper le fil qu’avec l’aiguille et le ramener dans la maille.

Et là j’ai découvert la méthode « à la suisse » qui me semble être un bon compromis.

Il s’agit de tricoter en tenant le fil de la main gauche et en piquant la maille endroit dans le brin arrière et pour la maille envers de passer le fil dans le sens inverse de la méthode française. J’ai essayé aussi cette méthode et je pense bien l’adopter car mes 1ers essais se sont révélés prometteurs en terme de fluidité et de confort.

Non classé

Le petit sac à dos de bébé poulette

petit sac finalisé

Petit sac à dos réalisé au tricot en jersey et point mousse.

Dimensions: 16 cm x 15 cm

Si vous me suivez depuis quelques temps vous avez lu dans un I love Sunday (rattrapage ici) que ma fille de presque 5 ans avait ramené à la maison, le temps d’un weekend, Bébé poulette la mascotte des TAPS de son école en me disant qu’il fallait lui faire un cadeau, ben tiens elle perd pas le nord la poulette !!! bref en bonne maman que je suis, je me suis attelée à la tâche, sauf que Bébé poulette avait déjà visité d’autres maisons qui lui avaient offert moultes cadeaux.

Je vous laisse voir par vous-même la belle poulette  :

bebe poulette

Vous constaterez qu’elle est déjà parée d’une écharpe, d’un bonnet, de chaussettes et d’un petit gilet sans manches 😉

Il ne me restait plus grand choix dans les cadeaux à lui offrir.

J’avais pensé au début lui faire une jupe, mais finalement je me suis dit qu’on finirait par ne plus rien voir de sa belle fourrure jaune poulette donc je me suis rabattue sur l’idée d’un petit sac à dos car après Bébé poulette va encore à l’école non !!!

Un petit tour dans mon stock de laine (qui commence à avoisiner ma PAL, comprenez ma pile à lire) et j’ai trouvée 2 pelotes de vieille laine rose saumon (je dis vieille car c’est ma maman qui l’a achetée il y a au moins 25 ans et qui me l’a léguée l’année dernière quand j’ai décidé de reprendre le tricot de manière plus sérieuse).

Et après quelques weekends de réalisation voila le résultat, que ma fille va pouvoir offrir dès lundi à Bébé poulette

petit sac à dos definitif

Et maintenant les explications :

J’ai choisi de faire ce sac en 2 parties, la partie arrière et la partie devant pour avoir les v du jersey toujours dans le même sens aussi bien devant que derrière mais il est aussi possible de tricoter tout d’un bloc pour éviter la couture du fond.

Partie arrière :

Monter 34 mailles sur une aiguille n°4 (mais en fait tout dépend de la laine choisie) et tricoter en jersey pendant 15 cm de hauteur.

A 15 cm de hauteur, faire un aller retour en point mousse puis continuer en point mousse en faisant une diminution d’1m à 2m du bord à chaque rang, un coup à gauche, un coup à droite, jusqu’à arriver au bout de la pointe où il n’y a plus qu’à rabattre le 2 dernières mailles en laissant un assez long fil dépasser qui permet ensuite de faire la chaînette au crochet pour former la boucle de fermeture du sac.

Partie avant :

Monter 34 mailles et tricoter en jersey pendant 15 cm puis rabattre toutes les mailles.

Bretelles:

Monter 4 mailles toujours sur une aiguille n°4 et tricoter en point mousse jusqu’à obtenir la longueur souhaitée.

Répéter l’opération pour la 2ème bretelle.

Boucle de fermeture:

Reprendre le fil à la fin de la pointe de la partie arrière, faire une chaînette au crochet et coudre l’extrémité de la chaînette à la pointe. La boucle est formée. Attention à la longueur du fil car plus il est long plus la chaînette est longue. Ma boucle de fermeture aurait pu être plus petite si j’avais fait attention à ce détail 😉

Assemblage :

Mettre les 2 parties endroit contre endroit et coudre les 3 côtés.

Remettre le petit sac dans le bon sens et coudre les bretelles derrière, le haut à la lisière du point mousse et le bas au niveau de la couture du fond du sac. Pour le placement en largeur, j’ai choisi de les mettre à 3cm du bord.

Pour le bouton, il suffit de faire comme si on fermait le sac et de repérer l’endroit ou tombe la boucle de fermeture et de coudre le bouton choisi au centre.

En ce qui me concerne pour le choix du bouton, je n’avais que des gros boutons noirs qui juraient avec le rose saumon car trop voyant. Et puis fidèle à mon principe de recyclage que ce soit en couture ou en tricot j’ai choisi de recycler des perles couleur argent d’un bracelet que ma fille m’a cassé et que je garde justement pour me servir desdites perles. J’ai donc pris 2 perles que j’ai reliées ensemble avec ma laine rose saumon et cousue ensuite en guise de bouton.

Je suis assez contente de moi même si il y a quelques défauts. Et surtout ça me fait un projet de moins en cours 😉

Non classé

Champignons à la crème

champignons 2

Les champignons à la crème fraîche, une recette facile et pas chère qui donne un air de repas gastronomique à vos plats les plus simples.

Moi j’adore et c’est le seul plat avec lequel mes enfants sont prêts à lécher leur assiette à la fin, c’est vous dire si cette recette fait l’unanimité dans la famille.

Et j’ai décidé de vous en faire profiter, je suis ti pas mignonne, si hein !!! Bon je suis pas photographe et l’idée de vous montrer une recette me venant en général en la faisant je prend en photo au moment ou je cuisine du coup j’ai mis une photo de ma casserole avec la sauce dedans mais en même temps c’est pas le contenant qui compte mais le contenu hein 😉

Allez venons en au principal, les ingrédients:

– des champignons (500 g)

– de la crème fraîche épaisse (200 g)

– du vin blanc (50 cl)

– un cube de boullion de volaille

– sel, poivre

Et maintenant la recette :

Pour les champignons, les prendre frais c’est le top du top mais ça marche aussi avec des champignons en boîte à condition de bien les égoutter. Par contre les champignons congelés j’ai pas essayé mais ma moitié qui a tenté l’expérience pour une autre recette n’est pas convaincu, donc on reste sur les frais ou les boîtes.

Couper les champignons frais en lamelles. Les faire cuire dans une casserole ou petite cocotte après avoir fait fondre un assez gros morceau de beurre. Il ne faut pas mettre le feu trop fort pour ne pas brusquer les pauvres champi. La difficulté consiste à ne pas se retrouver avec trop de jus de cuisson des champi dans la casserole donc même si les champignons se plaignent un peu de ne plus avoir de beurre il faut les laisser suer gentiment. Sinon, après il y a trop de jus et il faut alors égoutter les champignons mais alors on perd le beurre.

Quand les champignons sont cuits et qu’il n’y a plus de jus (soit parce qu’ils n’ont pas rendu beaucoup d’eau, soit parce que vous aurez vidé le jus de cuisson) on met le vin blanc et le cube de bouillon de volaille et on remue pour faire fondre le cube.

On met ensuite les 200 g de crème fraîche et on remue bien en grattant le fond de la casserole pour faire remonter tous les sucs.

On sale, on poivre, on laisse mijoter un peu pour faire réduire la sauce et obtenir une belle crème un peu épaissie.

Cette sauce avec les champignons peut être utilisée pour plein de viandes différentes ; moi je l’utilise souvent pour accompagner des escalopes de poulet ou de dinde que je fais cuire après les avoir coupées en morceaux et que j’intègre ensuite à la crème, mais cela peut aussi le faire avec du veau ou même du porc.

Le choix est libre quant aux accompagnements, riz ou pâtes selon vos goûts.

Bon appétit et surtout revenez me dire si vous avez testé et aimé cette recette.

Non classé

Coussin Flash Mcqueen

macqueen definitif

Tous les petits garçons ou presque sont fans de ce petit bolide rouge et mon fils n’échappe pas à la règle. Il est fan depuis de longues années (et il n’a que 7 ans et demi) et possède presque toutes les voitures du dessin animé et tout ce qui se rapporte à son héros. (je viens tout juste de jeter un pyjama taille 3 ans dont le pantalon lui arrivait en dessous du genou, usé jusqu’à la corde tellement il l’a mis et il aurait continué encore si ledit pyjama n’avait pas rendu l’âme) Alors quand l’envie de me remettre au tricot est revenue il y a un an maintenant, comment ne pas résister à l’envie de lui confectionner un oreiller avec son personnage préféré.

J’ai donc commencé mon projet en réalisant, au point mousse avec une lisière en jersey, deux carrés de 44 cm x 44 cm (environ), un bleu et un rouge, ce qui m’a permis de me remettre doucement au tricot et de pouvoir tricoter le soir devant la télé sans avoir besoin de beaucoup de concentration.

J’ai ensuite assemblé mes deux carrés sur un oreiller acheté dans un supermarché au prix le plus bas.

 coussin mac queen

Ensuite est venu le temps de réaliser le dessin du fameux Mcqueen. Au départ je pensais le faire en broderie sur de la toile aida. Je me suis donc mise en recherche d’une grille que j’ai trouvée sur le site de Grilles tricot passion et que je vous invite à aller visiter car vous y trouverez un très large choix de grilles pour réaliser vos dessins préférés.

grille cars definitif

Mais finalement j’ai eu peur que ce soit trop rigide et j’ai décidé de me lancer dans le jacquard en comptant un carreau = une maille avec une lisière de chaque coté de 3 mailles et une bordure en haut et en bas de 4 rangs le tout en jersey … et hop c’est parti !!!

macqueen gros plan

Et contrairement à ce que je pensais c’est assez agréable à faire et surtout quelle joie de voir le motif apparaître au fil des rangs ! Il faut bien faire attention en comptant les mailles : pour les rangs endroit de droite à gauche et pour les rangs envers de gauche à droite.

Par contre, j’ai souffert avec les pelotes qui se mélangent derrière. Il y a plein de techniques pour l’éviter mais comme je ne les ai pas testées (pour l’instant) je ne peux pas en parler. J’ai donc dû prendre le temps de démêler tous les fils à chaque rang ou un rang sur deux.

Au final, je suis assez satisfaite de moi. Même si j’ai fait des erreurs de tension de fil et d’emboîtage des mailles qui font que mon tricot n’est pas très régulier, pour une première tentative de jacquard je pense que c’est pas trop mal et je retenterai l’aventure.

Non classé

Petites pochettes au crochet

Faire tomber son portable peut parfois être fatal, de même que les clefs ou autres dans le sac à main (et Dieu sait que les femmes ont un tel bazar dans cet accessoire) peuvent endommager cet outil sans lequel aujourd’hui il semble impossible de vivre !!! Si si je vous assure, pour certaines personnes, le téléphone portable est un prolongement du bras 😉 Bon bref, tout ça pour dire que le téléphone portable est un accessoire qui nous tient à coeur et qu’on a envie de protéger.

Et bien voilà quelques idées pour cocooner votre précieux et qui sont beaucoup plus originales que les coques en plastiques vendues dans le commerce.

housse portable bleue finie

Voici la première pochette que j’ai réalisée toute en mailles serrées et demi brides pour le rabat avec des restes de laine acrylique au crochet n°4. Le bouton est fait en mailles serrées et rempli avec des petits cotons en boule qu’on trouve au rayon hygiène des supermarchés. La dimension est de 14 cm de haut et de 8 cm de large et permet d’y faire rentrer un smartphone du genre Samsung S3. Pour l’anecdote, j’ai fait la photo pour montrer mon oeuvre sur FB et j’ai mis mon portable mais en fait j’utilise cette pochette pour ranger mes crochets lol.

En voyant mon post sur FB, une amie m’a passé commande pour son téléphone de dimension similaire et comme je suis serviable, après lui avoir demandé quelle(s) couleur(s) elle souhaitait, je me suis aussitôt mise au boulot. Et voilà le résultat :

housse portable jaune finie

Comme le seul fil de couleur jaune que j’avais était un fil coton assez fin, je l’ai doublé et ai réalisé cette pochette au crochet n°2 en alternant un rang de mailles serrées et un rang de demi-brides et aussi des rangs de point fantaisie. Comme finalement, la pochette était plus large de prévue, j’ai fait 2 chaînettes que j’ai utilisées pour resserrer le haut. Le bouton d’attache et les extrémités des deux chaînettes de fermeture sont des perles d’un bracelet que ma charmante fille a cassé et que j’avais gardées en vue d’une utilisation future, c’est chose faite (d’où l’intérêt du recyclage et de garder certaines choses qui peuvent toujours resservir).

Je suis assez satisfaite de mes deux réalisations.

Non classé

Un double snood tout doux

double snood fini

Au départ ce devait être une écharpe !!! Sauf que j’ai dû changer mes plans : je n’avais à l’origine pris que 2 pelotes et quand je suis retournée à Gifi il ne leur en restait plus qu’une seule (snif!!!). Avec la largeur de mon ouvrage une pelote partait assez vite et finalement une écharpe aurait été trop large et encombrante. Et j’aimerais aussi les accessoires qui vont avec (bonnet et mitaines) donc je me garde la 3è pelote pour les réaliser. 

J’ai donc tricoté la deuxième pelote et obtenu un ouvrage large de 23 cm et de 1.32 mètres de long (avant fermeture) ; une fois que les deux extrémités sont cousues ensemble on obtient une longueur de 66 cm.

Pour le matériel il faut des aiguilles n°5, 2 pelotes de 100 g de laine.

On monte 70 mailles et on tricote en utilisant le point de petite clôture

TUTO TRICOT APPRENDRE A TRICOTER LE POINT DE PETITE CLOTURE ; POINT DE TRICOT FANTAISIE FACILE !!!

Très explicite cette vidéo vous permet d’appréhender très facilement le point à réaliser et de le faire à votre tour très facilement.

materiel snood

Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus le point de petite clôture est aussi joli derrière, même s’il est beaucoup plus devant. Donc inutile de s’énerver à vraiment mettre le devant devant, si par inadvertance c’est le derrière qui apparaît, ce n’est pas dramatique.

photo double snood porté

Et ce double snood est très chaud et monte bien pour cacher les oreilles ce qui peut se révéler utile si on n’a pas une tête à bonnet 😉

Bref, un bien joli point très facile à réaliser, une laine très jolie et pas chère du tout, 3 € la pelote de 100 g, et au final un double snood à 6 € très classe, doux et coloré qui illuminera le temps maussade de cet hiver.