POLARS/THRILLERS

… Et pour le pire – Noël Boudou

…Et pour le pire de Noël Boudou – éditions Taurnada – 13.05.2021 – 250 pages

Résumé :

Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans…
Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison.
Depuis vingt ans, Vincent Dolt n’a qu’une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte…
Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie.
Mais une vengeance n’est jamais simple, surtout à 86 ans.
Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…

Mon avis :

Noël Boudou est un auteur que j’ai découvert avec la lecture de son précédent roman, Benzos, paru en 2019 chez Taurnada, et que j’avais beaucoup aimé tant pour la plume de l’auteur que pour l’intrigue très bien menée . Alors quand Joël des éditions Taurnada m’a proposé de découvrir son nouveau roman, je n’ai pas hésité une seconde…et je ne regrette absolument pas (comme d’habitude avec les romans de cette maison d’édition) car …Et pour le pire a été un coup de coeur.

Dès les premières pages on s’attache au personnage de Vincent Dolt, ce vieux monsieur de 85 ans qui vit reclus, isolé dans sa maison avec son chien Bill depuis plus de vingt ans après que sa femme, Benedicte, ait été sauvagement assassinée. Les émotions qui nous étreignent à la lecture de ce qui s’est passé il y a vingt ans, la détresse de Vincent qui a perdu celle qu’il aimait, attrapent le lecteur par le coeur et il est impossible de le quitter. Il rumine sa haine, il attend depuis 20 ans que ceux qui lui ont pris ce qu’il avait de plus cher à son coeur sortent de prison pour pourvoir régler ses comptes, il est cynique, son regard sur la vieillesse est truculent, il nous fait sourire souvent par ses petites réflexions. Il m’a énormément fait penser à Clint Eastwood dans le film Gran Torino, c’est lui que j’ai vu dans ma tête pendant toute ma lecture. Bref, ce personnage est tellement attachant et les émotions tellement fortes dès le début que lâcher ce roman est complètement impossible.

Et si le résumé laisse à penser que cette histoire va être cousue de fil blanc, il ne faut absolument pas se fier aux apparences car l’auteur a parfaitement maitrisé l’art des révélations et des rebondissements qui font qu’on a l’impression d’être une boule de flipper, on se prend des taquets qui nous retournent et pimentent cette lecture et lui font prendre une tournure inattendue et surprenante mais tellement addictive. On est complètement pris dans l’histoire et on la dévore pour savoir comment tout cela va finir.

C’est violent, sombre, très émouvant et très bien construit, une très belle réussite. J’ai tout adoré dans cette lecture, tant les personnages forts, les pointes d’humour, les rebondissements qui amènent de la complexité et de la densité à cette intrigue qui se révèle passionnante du début à la fin.

Cette lecture a été un coup de coeur, il est disponible en librairie à partir d’aujourd’hui et je ne peux que vous conseiller de découvrir Vincent Dolt, vous l’aimerez à coup sûr.

Je remercie encore une fois Joël des éditions Taurnada pour sa confiance

HISTORIQUE·POLARS/THRILLERS

Les suppliciées du Rhône – Coline Gatel

Les suppliciées du Rhône de Coline Gatel paru le 6.02.2019 chez Préludes – 448 pages

Résumé :

Lyon,1897. Alors que des corps exsangues de jeunes filles sont retrouvés dans la ville, pour la première fois des scientifiques partent à la recherche du coupable, mettant en pratique sur le terrain toutes les avancées acquises en cette fin de XIXe siècle. Autopsies des victimes, profils psychologiques des criminels, voilà ce que le professeur Alexandre Lacassagne veut imposer dans l’enquête avec son équipe, mais sait-il vraiment ce qu’il fait en nommant à sa tête Félicien Perrier, un de ses étudiants aussi brillant qu’intrigant ? Entouré d’Irina, une journaliste pseudo-polonaise, et de Bernard, un carabin cent pour cent janséniste, Félicien va dénouer, un à un, les fils enchevêtrés de cette affaire au coeur d’un Lyon de notables, d’opiomanes et de faiseuses d’anges.
Jusqu’à ce que le criminel se dévoile, surprenant et inattendu, conduisant le jeune médecin au-delà de ses limites.

Mon avis :

Les suppliciées du Rhône est un savant mélange de polar et d’historique qui donne un roman passionnant et instructif.
.
Pour le côté intrigue, des jeunes femmes sont retrouvées mortes après avoir subi, toutes, d’atroces mutilations. Deux jeunes étudiants en médecine légale, Félicien et Bernard, sont chargés de mener l’enquête pour trouver le coupable. Et c’est là qu’entre en scène le côté historique de cette histoire car nous sommes en 1897 et pour la première fois ce ne sont pas des policiers qui vont enquêter mais des médecins légistes. Avec leurs techniques particulières, toutes les connaissances acquises, ils vont se baser sur la science et les constatations sur les scènes de crime pour essayer de résoudre cet énigme. Entre prises d’empreintes, techniques pour savoir si un cheveu est celui d’une femme ou d’un homme, autopsies et détermination de l’heure du décès, nous sommes au tout début de la naissance de la criminologie, et c’est passionnant.
.
Il y a aussi, Irina, une journaliste qui se joint à eux. Indépendante, n’ayant pas froid aux yeux, elle incarne le côté féminin de cette histoire et illustre la façon dont les femmes étaient considérées à cette époque où porter un pantalon pour une femme exigeait d’être titulaire d’un certificat de travestissement !!!
.
L’autrice a su entremêler tous les aspects pour nous offrir un polar historique haletant, avec des indices, des pistes, des rebondissements et des questions qui tout en baladant le lecteur, donnent l’impression de participer activement à l’enquête. J’ai beaucoup aimé me forger des impressions…fausses bien sûr…et me faire surprendre par le final de cette histoire.
.
Il n’y a rien à redire, ce roman policier est vraiment très bon, porté également par une très belle plume, et j’ai passé un excellent moment de lecture.
.
Coline Gatel entre dans ma liste d’autrices à suivre et j’ai hâte de lire son prochain polar qu’elle m’a annoncé être prévu pour le mois de mai 2021 .

POLARS/THRILLERS

Fantazmë – Niko Tackian

Fantazmë de Niko Tackian paru chez Calmann-Levy le 3.01.2018 – 300 pages – disponible chez Le livre de poche depuis le 2.01.2019

Résumé :

Janvier 2017. Dans une cave du XVIIIe arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’affaire qui restera en suspens des années, se dit-il. Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt une rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, un « spectre » en albanais, qui s’en prend à la pègre. Avec cette enquête troublante, Tomar Khan plonge dans des zones d’ombre où s’affronteront inévitablement son devoir de policier et ses sentiments d’être humain.

Mon avis :

J’avais découvert il y a quelques temps Niko Tackian avec son roman Toxique, le premier roman où apparaît le commandant Tomar Khan et cette lecture n’avait pas été transcendante, j’avais trouvé la résolution de l’intrigue trop rapide et la découverte du coupable plus basée sur un coup de chance qu’une véritable investigation. Je n’avais plu relu cet auteur depuis. Mais à force de vois passer des avis positifs sur ses romans postérieurs, j’ai eu envie de retenter l’aventure. j’ai donc emprunté Fantazmë à la bibliothèque. Il s’agit du second tome de la série avec le commandant Tomar Khan et il est préférable de les lire dans l’ordre car le fil rouge de la situation personnelle du policier est très présent, voire prépondérant par rapport à l’intrigue policière. Cette seconde tentative est plus réussie que la première même si je reste un peu sur la réserve à cause du déséquilibre entre vie personnelle du personnage principal et intrigue policière.

Fantazmë est un polar rythmé qui se lit vite grâce à des chapitres ultra courts et qui plonge le lecteur dans les bas-fonds de la mafia albanaise à Paris. Un cadavre affreusement mutilé dans une cave mène Tomar Khan et son équipe sur la piste de Fantazmë, le « spectre » en albanais, un mystérieux tueur dont les victimes sont plus proches des démons que des anges. Trafic de femmes, prostitution, guerre des gangs et crise des migrants, ce second tome est beaucoup plus sombre que le précédent, également parce que la situation personnelle de Tomar est loin d’aller en s’arrangeant. Hallucinations et emmerdements rythment son quotidien avec l’apparition d’un inspecteur de l’IGPN chargé d’enquêter sur ce qui s’est passé dans « Toxique » le précédent tome.
.
J’ai préféré ce roman au précédent, l’intrigue étant plus aboutie et prenante que dans Toxique. Le personnage de Tomar est plus attachant, surtout avec l’apparition de sa mère. Le personnage de Rhonda est aussi mis plus en avant, elle n’est pas simplement là pour incarner la femme flic, elle participe activement à l’intrigue et c’est appréciable.
.
Le seul petit bémol que je soulèverai c’est que l’équilibre entre l’intrigue policière et celle propre à Tomar et son histoire n’est pas forcément là ; la première m’a semblé accessoire, laissant la seconde prédominer et j’ai eu plus l’impression de lire un tome 2 de la saga Tomar Khan que l’histoire de Fantazmë.
.
Je lirai les tomes suivants parce que j’aime beaucoup la personnalité de ce flic particulier et de sa coéquipière et que j’ai envie de savoir ce qui va leur arriver surtout après la façon dont celui-ci se termine mais avec l’attente tout de même d’une intrigue policière principale de qualité.

POLARS/THRILLERS·THRILLER

A pas de loup – Isabelle Villain

A pas de loup d’Isabelle Villain paru aux éditions Taurnada le 14.01.2021 – 190 pages

Résumé :

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.
Mais l’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

Mon avis :

J’avais déjà lu et beaucoup aimé Mauvais genre et Blessures invisibles, les précédents romans d’Isabelle Villain qui étaient des polars. Avec A pas de loup l’autrice s’initie au genre thriller et c’est une belle réussite pour une première tentative.

A pas de loup est un thriller, un roman noir prenant et glaçant.
.
La Barbarie est un eco-hameau en plein cœur des Alpes de Haute Provence où sont venus s’installer des familles motivées par l’envie de vivre en communion avec la terre, la nature, en harmonie avec les saisons, loin du tumulte et de la vie stressante des grandes cités urbaines. Parmi eux Rosalie et sonars, Philippe, sont arrivés quand leur fille Martin avait 6 mois. Sauf qu’aujourd’hui Philippe n’est plus là et on sent bien qu’il n’est plus le bienvenu dans cette communauté. Alors quand Martin, 6 ans, disparaît en pleine nuit, c’est le début des ennuis, le premier maillon d’une chaîne d’événements qui vont mettre à mal le rêve qui se jouait jusqu’alors à la Barberie.
.
En alternant passé et présent, l’autrice nous présente tous les acteurs de cette histoire, elle nous présente chacun des membres de cette communauté et les raisons, diverses, propres à chacun, qui les ont conduit à tout abandonner pour venir vivre à la Barberie.
.
L’autrice joue avec nous, elle décortique ce mode de vie, les règles mises en place pour organiser cette micro-société, elle place les pièces de son puzzle et peu à peu le voile se fissure et on se rend compte que tout n’est pas aussi idyllique qu’on voudrait bien nous le faire croire à la Barberie.
.
C’est fluide dans l’écriture, ça se lit tout seul et les pages se tournent très vite pour savoir comment ça va finir. J’ai énormément aimé cette lecture que j’ai trouvée originale dans les thèmes abordés, dans les relations des personnages et même si certains aspects de l’intrigue m’ont semblé un peu trop faciles et auraient mérité, selon moi, un plus de développement pour augmenter la tension, c’est une intrigue bien construite, prenante et glaçante jusqu’à la toute dernière page que l’autrice nous propose.
.
Ce thriller sort aujourd’hui et je ne peux que vous conseiller de vous le procurer, vous passerez un excellent moment de lecture.

Je remercie Joël et les éditions Taurnada pour leur confiance

POLARS/THRILLERS·PREMIER ROMAN

La mystérieuse affaire de styles – Agatha Christie

La mystérieuse affaire de styles d’Agatha Christie parue aux éditions Le masque en 1991 – traduction Thierry Arson – 223 pages

Résumé :

Lorsque la richissime Emily Inglethorp est retrouvée empoisonnée dans son manoir de Styles, les soupçons se portent rapidement sur son très jeune mari, Alfred Inglethorp. Mais le verdict paraît trop évident au colonel Hastings, qui décide de faire appel à son vieux compagnon Hercule Poirot. Ce dernier met alors tout en œuvre pour découvrir à qui pourrait profiter le crime. Car il y a aussi les beaux-enfants de Mme Inglethorp, et Cynthia, la protégée de la défunte : tous auraient pu se procurer la strychnine qui a servi à la tuer…
Les maigres indices ne faciliteront pas la tâche d’Hercule Poirot et mettront à l’épreuve sa perspicacité légendaire…

Mon avis :

En 2021 j’ai décidé de lire les romans d’Agatha Christie où apparaît Hercule Poirot dans l’ordre. J’ai donc commencé avec La mystérieuse affaire de styles, qui est le premier roman d’Agatha Christie et aussi le premier roman où apparaît Hercule Poirot, son personnage fétiche et celui de la majorité de ses lecteurs.

Mrs Inglethorp meurt chez elle au petit matin dans des circonstances troublantes sans que les autres résidents de la maison réveillés en sursaut ne puissent rien y faire. Qui pouvait lui en vouloir au point de la tuer? Ses 2 fils issus de son premier mariage, son nouveau mari, ses domestiques ? Il faut dire que cette vieille dame n’était pas très aimée car bien que très généreuse « elle rappelait toujours aux gens ce qu’elle avait fait pour eux« .
.
c’est donc la première fois qu’on voir apparaître Hercule Poirot, sollicité par son ami Hastings également ami avec un des fils de Mrs Inglethorp, pour résoudre cette mystérieuse affaire.
.
Hercule Poirot mène l’enquête, il discute, interroge, fouine mais sans jamais nous donner aucun indice. Parce que ce n’est pas lui qui raconte, on n’est pas dans sa tête, toute l’histoire nous est racontée par Hastings. On reste éloignés du raisonnement d’hercule Poirot, seules ses petites conversations avec Hastings ou avec d’autres pourraient nous donner des pistes si l’on pouvait voir où il veut en venir. Mais ce n’est jamais le cas.
.
C’est très rythmé sans temps mort, il y a des rebondissements des arrestations et des fausses pistes. Et si l’annonce du coupable m’a fait tiquer, l’explication détaillée, marque de fabrique du fameux détective, m’a finalement convaincue.
.
Mais il y a quand même un petit bémol : il ne me semble pas que nous, lecteurs, puissions trouver le coupable autrement que par un coup de chance en misant sur le bon suspect. On ne se dit pas « ah mais bien sûr!! » quand à la fin on sait, l’explication finale ne nous ouvre pas les yeux en raccordant tous les indices qu’on avait sous le nez, on y apprend aussi des choses qu’Hercule Poirot a découvertes en « coulisses » et qui l’ont mis sur la piste du coupable. C’est frustrant.
.
Cela reste tout de même une bonne lecture détente, un bon moment livresque.

Rendez-vous en février pour ma lecture du second roman de la série Hercule Poirot : Le crime du golf

FANTASTIQUE / SCIENCE FICTION·JEUNESSE·POLARS/THRILLERS

Les dossiers du Voile – Adrien Tomas

Les dossiers du Voile d’Adrien Tomas paru chez Fleurus le 8.01.2021 – 425 pages

Résumé

Lieutenant de police au sein de la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, Tia Morcese a beaucoup de mal à faire respecter l’ordre et la sécurité… et surtout à éviter que druides, nécromanciens, loups-garous et autres espèces méta-humaines révèlent leur existence au reste du monde. À côté de son impressionnante grande sœur, Mona pourrait presque passer pour une ado normale. Pourtant, l’apprentie sorcière est loin d’avoir les yeux dans sa poche ! Et quand elle tombe sur des informations-clés qui pourraient faire avancer les affaires en cours de Tia, ele n’hésite pas une seconde à suivre ses propres pistes. Mais le monde du Voile n’est pas sans danger…

Mon avis :

Les dossiers du Voile est une formidable aventure qui mêle habilement le genre policier et le genre fantastique. En effet, l’histoire se passe dans le « Monde fantasmagorique du Voile« , un monde où « l’ensemble des communautés de mages, sorcières, vampires, fées, trolls et autres loups-garous coexistent plus ou moins pacifiquement avec le reste de l’humanité, à l’insu de cette dernière« . L’univers est fort bien présenté, on est à Paris, il y a le métro, les différents arrondissements, la forêt de Fontainebleau mais on sait que derrière les apparences de vie normale, se cache un monde où la paix est précaire et ou les différents clans de personnages fantastiques qui cohabitent ne se vouent pas un amour éternel. Et pour préserver ce Voile, il existe une Brigade spéciale, la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, une brigade dont les compétences relèvent de quasi tous les Départements de la police « normale ». C’est très bien fait.

Tia Morcese, 28 ans, sorcière sans pouvoirs, fait partie de cette brigade. Elle totalise à elle seule autant d’affaires résolues que le reste des policiers du commissariat. Ses talents de tireuse d’élite, son sens inné de l’observation et son audace compensent amplement sa subtilité parfois discutable et son remarquable manque de décorum. Elle est chargée de s’assurer qu’aucun déchirement du Voile ne se produise, qu’en aucun cas les humains ne puissent découvrir qu’ils vivent entourés de personnages « magiques ». Alors quand des meurtres dans deux clans rivaux se produisent, elle sent bien que cette enquête ne va pas être de tout repos, d’autant plus qu’elle se retrouve chargée de sa propre famille pendant l’absence de sa mère. Et les membres de sa famille ne sont pas les plus sages des membres de la communauté du Voile. Mona, sa petite sœur, apprentie sorcière, jeune adolescente de 16 ans a beaucoup de mal avec l’obéissance et avec son amie Héloïse, louve-garou, à l’aube de sa première transformation et son ami, Samir, Djinn (génie) taille basse (vous voyez le jeu de mot ?), ils vont se retrouver dans de beaux draps.

C’est très bien écrit, bourré d’humour et l’intrigue est très bien menée avec une très intéressante réflexion sur cette société quelque peu particulière. C’est très bien fait, les personnages sont très bien campés, avec de forts caractères, des défauts et attachants chacun à leur manière. C’est un vrai plaisir de les suivre. Tout est crédible, l’auteur a su créer un juste équilibre entre ce qui relève de l’univers fantastique et le placer de façon très intelligente dans notre monde moderne actuel. L’intrigue qui se joue est très bien construite, les chapitres, les réflexions, les rebondissements s’enchainent, c’est addictif et on ne peut lâcher l’affaire avant de savoir ce qui se passe.

C’est un roman destiné aux jeunes mais honnêtement les adultes y trouveront leur compte aussi. Moi, du haut de mes 42 piges, je me suis régalée avec cette histoire, j’ai savouré les vannes, les piques, les échanges entre les différents personnages, j’ai souri à bien des moments tellement l’humour et le sarcasme sont présents dans cette histoire, placés judicieusement, utilisés à bon escient et qui apportent un petit quelque chose en plus. Et l’intrigue policière qui se joue n’est pas en reste.

Bref, j’ai énormément aimé ce roman. Il sort en librairie demain 8 janvier 2021 et je ne peux que vous encourager à plonger dans les dossiers du Voile, vous ne serez pas déçus.

Et le plus dur maintenant va être d’attendre la suite des aventures de Tia.

Je remercie vivement les éditions Fleurus pour leur confiance et l’envoi de ce très bon roman

POLARS/THRILLERS

UN(e)SECTE – Maxime Chattam

UN(e)SECTE de Maxime Chattam paru chez Albin Michel le 30.10.2019 – 454 pages

Résumé :

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux ? À s’organiser ?
Nous ne survivrions pas plus de quelques jours.

Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d’une jeune femme, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s’entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante.

Mon avis :

Après avoir bien aimé Le signal, j’ai eu envie de récidiver avec cet auteur. Alors quand j’ai vu Un(e)secte à la bibliothèque, j’ai saisi l’occasion. Je l’aimé plus que le précédent même si ce n’est pas (encore) le grand kiffe.
.
A Los Angeles, Atticus Gore, policier, doit faire face à un cadavre dépouillé du moindre gramme de chaire en un temps défiant toutes les lois de la décomposition. Quelles bestioles ont pu agir ainsi ?
A New York, Kat Kordell, détective privée, enquête sur la disparition d’une jeune femme dans la chambre de laquelle gisait le cadavre d’un chat aux entrailles mouvantes et avec de mystérieux symboles pyrogravés sur la colonne vertébrale.
.
Ca commence très fort et très vite on est embarqués dans ces deux enquêtes que l’on suit en parallèle et qui démangent, grattent et piquent notre curiosité.
.
Ça se lit bien et quand on commence à se dire que ouais bon c’est bien gentil mais on voudrait un peu de bestioles et de flipette quand même, l’auteur nous entend et nous offre quelques scènes bien gores et je dois bien avouer que j’ai surveillé les crevettes du réveillon avec attention au moment de les dépiauter (je sais, ce ne sont pas des insectes mais quand même, on ne sait jamais !!!).
.
Sur le fond de l’intrigue, c’est assez bien fait même s’il me semble avoir déjà vu et/ou lu sur cette question, mais globalement, l’auteur a su raccorder tous les wagons de son histoire et quand on referme ce roman, on se dit que c’était une chouette histoire, pas forcément aussi flippante qu’on l’aurait espérer mais qui remplit sa mission de nous faire passer un bon moment de lecture.

POLARS/THRILLERS

Tu tairas tous les secrets – Hervé Jourdain

Tu tairas tous les secrets de Hervé Jourdain paru chez Fleuve noir le 11.10.2018 et chez Pocket le 27.08.2020- 448 pages

Résumé :

Une femme est retrouvée morte dans le parc naturel des Ardennes.
À quelques kilomètres de là, le corps d’une autre est repêché dans la Seine.

Sur le pull que portait la première victime, l’ADN de l’épouse d’une chef de brigade de la PJ de Paris.
Au cou de la deuxième, un curieux médaillon en forme de chouette.

Le commande Guillaume Desgranges est chargé de l’enquête parisienne. Et ce qui se passe dans les Ardennes, il refuse d’en entendre parler : il a élevé seul son fils et remué ciel et terre pour retrouver celle qu’il aimait. Le temps a passé. Son évaporation ne regarde qu’elle, à présent, où qu’elle soit.
La brigadière Zoé Dechaume ne l’entend pas de cette façon et n’a qu’une idée en tête : remonter la piste ardennaise. Alors, en toute clandestinité, et en duo avec sa coéquipière Lola Rivière, elle va se lancer sur les traces d’une femme qu’elle ne connaît pas, mais dont elle a toutes les raisons de penser qu’elle vit encore.

Entre Paris, la Belgique et les Ardennes, mettant en péril leurs carrières et bien plus encore, les deux jeunes femmes vont se heurter aux secrets qui contraignent au silence, écorchent, et finissent par tuer ceux qui les portent.

Mon avis :

J’avais repéré ce roman sur les étals d’une librairie, je l’avais pris puis reposé et l’avis d’Anaïs (Anaïs serial lectrice) m’avait fait regretter mon choix alors quand je suis tombée dessus dans les rayons de ma bibliothèque, là je n’ai pas hésité et l’ai emprunté. Et ce fût finalement une bonne solution car si j’ai bien aimé cette lecture, elle ne m’a pas emballée plus que ça.

Tu tairas tous les secrets est un pur polar français sympathique à lire et où les femmes prennent le pouvoir mais dans lequel il m’a manqué une pointe de densité dans l’intrigue pourtant promise par la quatrième de couverture.
.
Ce polar a toutes les qualités d’un polar écrit par quelqu’un de la « maison »; il n’y a pas à dire, seuls les policiers savent retranscrire fidèlement cette ambiance que j’apprécie beaucoup. C’est direct, fluide ca se lit tout seul.
.
On suit deux enquêtes sur des meurtres de femmes, menées principalement par des femmes policiers. Et quelles femmes !!! Deux enquêtrices qui n’ont pas froid aux yeux et qui n’ont pas peur de désobéir. Je les ai beaucoup aimées ces deux fliquettes, du début à la fin.
.
Au niveau des deux enquêtes il y en a une qui se résout assez vite finalement, trop vite à mon goût et l’autre prend une tournure inattendue, juste au moment où je commençais à ressentir le manque de rythme. Timing parfait. La deuxième moitié se dévore dans une ambiance très dynamique et tendue donc très appréciable.
.
Mais si j’ai bien aimé globalement l’histoire et les thèmes abordés, il m’a manqué quand même certains éléments espérés à la lecture de la quatrième de couverture et trop de questions sont restées en suspens pour que ce soit une totale réussite.
.
C’est un très bon polar qui fait le job que j’ai bien aimé mais pas autant que je l’espérais. Une bonne lecture tout de même.

HISTORIQUE·LITTERATURE CONTEMPORAINE·POLARS/THRILLERS

Darktown – Thomas Mullen

Darktown de Tomas Mullen paru chez Rivages le 4.03.2020 – 500 pages – traduction Anne-Marie Carrière

Résumé :

Atlanta, 1948. Répondant aux ordres d’en haut, le département de police d’Atlanta est forcé d’embaucher ses premiers officiers noirs. Parmi eux, les vétérans de guerre Lucius Boggs et Tommy Smith. Mais dans l’Amérique de Jim Crow, un flic noir n’a pas le droit d’arrêter des suspects, de conduire des voitures de police ou de mettre les pieds dans les locaux de la police… Quand une femme métisse disparaît après avoir été vue pour la dernière fois dans la voiture d’un édile blanc, Boggs et Smith soupçonnent leurs collègues de vouloir étouffer l’affaire. Leur enquête les confrontera à un policier brutal qui dirige depuis longtemps le quartier.

Mon avis :

Darktown est un excellent roman qui mêle très habilement intrigue policière et roman historique sur l’intégration des premiers policiers noirs dans une Amérique encore très ségrégationniste de la fin des années 40.
.
Boggs et Smith, deux anciens combattants, font partie des huit premiers noirs à avoir été recrutés, sous la contrainte du mouvement naissant pour les droits civiques des noirs, dans la police d’Atlanta. Révoltés par l’indifférence totale face au meurtre d’une jeune femme noire et malgré les restrictions qu’on leur impose dans l’exercice de leurs fonctions, ils décident de mener, au péril de leur vie, leur propre enquête pour trouver le coupable. Parce que s’ils sont bien policiers, ils ne peuvent pas mener d’enquête, ne peuvent circuler qu’à pied et toute interpellation n’est possible que par le concours de leurs « collègues » blancs. Et même leur uniforme de policier n’est qu’un faible rempart contre la haine raciale de certains blancs.

Dès les premières pages on est révoltés par ce qu’on lit, on est emportés dans un tourbillon de violence et de haine.

L’auteur a su créer une double tension dans ce roman qui attrape le lecteur et le kidnappe entre les pages jusqu’à la fin. Au suspense de savoir si nos deux policiers noirs vont réussir à trouver le coupable du meurtre s’ajoute celui de savoir s’ils vont, eux même, s’en sortir indemnes.

Eux qui avaient survécu jusqu’à l’âge adulte grâce à leur prudence et à leur discrétion, étaient tenus de patrouiller dans Darktown d’un pas lourd, dos droit et menton relevé, alors qu’ailleurs, en civil, ils devaient se faire tout petits, voire transparents.

Tout le contexte historique de cette époque est très bien présenté, tous les aspects en sont bien décortiqués et c’est un vrai plaisir de lecture.
Sans jugement, l’auteur dresse le portrait d’une époque qui, malheureusement, n’est pas encore totalement disparue de nos jours.

J’ai tout aimé dans ce roman, le parallélisme des deux duos de policiers, les deux policiers noirs auxquels on s’attache très vite, les deux policiers blancs qui interpellent le lecteur et donnent chacun une image de certains comportements.

C’est passionnant, j’ai énormément aimé cette lecture qui m’a fait penser aux romans de Jodi Picoult, mon autrice préférée pour sa capacité à traiter des questions essentielles de société en les intégrant dans des intrigues prenantes. Thomas Mullen a fait exactement pareil ici avec ce premier tome d’une série que j’ai dévoré. Et j’ai déjà le tome suivant Temps noirs dans ma PAL que j’ai trop hâte de lire.

JEUNESSE·POLARS/THRILLERS

Jefferson – Jean-Claude Mourlevat

Jefferson de Jean-Claude Mourlevat – Illustré par Antoine Ronzon – chez Gallimard-jeunesse paru le 1.03.2018 – 272 pages

Résumé :

En ce radieux matin d’automne, le hérisson Jefferson décide d’aller chez son coiffeur se faire raffraîchir la houpette. Comment pourrait-il imaginer, alors qu’il arrive plein d’entrain au salon « Défini-Tif », que sa vie est sur le point de basculer ?
Accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, le brave Jefferson, 72 cm de frousse et de courage, est jeté dans une aventure qui le mènera, pour le meilleur et pour le pire, au pays des êtres humains.

Dans un polar haletant, parfois féroce, mais où dominent la tendresse, l’amitié et le bonheur de vivre, Jean-Claude Mourlevat aborde de façon inédite la question de notre rapport aux animaux.

Mon avis :

La classe de ma fille lit les romans du prix des incorruptibles de l’année précédente et c’est dans ce cadre là qu’elle a ramené ce roman à la maison. Elle l’a lu, l’a bien aimé et m’a réclamé le même genre de romans policiers. J’avais lu le résumé pour voir de quoi il était question et je suis tombée sous le charme. Le ton du résumé m’a donné envie à moi la quadragénaire de lire une histoire pour les 10-12 ans. Et bien figurez-vous que je ne regrette absolument pas tellement je me suis régalée.

Une formidable histoire, un roman « policier » jeunesse qui n’a rien à envier aux romans du même genre pour les adultes.

L’écriture est soignée, belle, teintée d’humour et très agréable a lire.

Dans un monde où le pays des humains côtoie le pays des animaux, l’histoire met en scène un petit hérisson se retrouve accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Avec son ami Gilbert, un jeune cochon, ils partent en voyage organisé au pays des humains afin de découvrir qui a bien pu assassiner Monsieur Edgar, blaireau, coiffeur au pays des animaux. Et ce voyage va se révéler palpitant.

On retrouve tous les codes du roman policier, un héros accusé à tort qui décide de mener l’enquête pour prouver son innocence, des questions qui se posent, des péripéties qui dynamisent le récit et un dénouement qui répond à toutes nos attentes. C’est dynamique, drôle et fort en même temps. L’auteur en profite pour délivrer des messages modernes sur le respect envers les filles, l’amitié, la cause animale, la solidarité et l’entraide.

L’intrigue est très bien construite, simple mais addictive, on prend un énorme plaisir à suivre Jefferson et Gilbert dans leurs aventures au pays des humains pour débusquer les assassins.

On ne s’ennuie jamais, c’est un beau roman d’aventures sur fond d’enquête qui ravira les jeunes lecteurs férus d’action, d’humour et de belles histoires.

Bref, j’ai énormément aimé cette lecture, ma fille aussi et je suis sûre que vous l’aimerez aussi.

Toujours pas convaincu? Il a aussi obtenu les prix suivants :

PRIX QUAI DU POLAR 2019

PRIX DES LIBRAIRES DU QUÉBEC 2019

PRIX LECTURE LA BOÎTE À LIVRES (CM2) 2019

PRIX DU LIVRE JEUNESSE DES MONTS D’OR 2019

PRIX DES EMBOUQUINEURS 2018-2019

PRIX JE LIS JE SUIS 2019

PRIX DE L’ESTUAIRE 2019

PRIX DES INCORRUPTIBLES 2019 NIVEAU CM2 – 6ème

Et croyez-moi c’est largement mérité !!!