JEUNESSE

La fourmi rouge – Emilie Chazerand

la fourmi rouge

La fourmi rouge – Emilie Chazerand – Editions Sarbacane – 23 août 2017 – 256 pages – 15.50 €

Résumé :

Vania Strudel a 15 ans, un œil qui part en vrille et une vie qui prend à peu près la même direction.
Et ce, à cause de :
– Sa mère, qui est morte quand elle avait huit ans.
– Son père, un taxidermiste farfelu.
– Pierre-Rachid, son pote de toujours, qui risque de ne plus le rester…
– Son ennemie jurée, Charlotte Kramer, la star du lycée.
– Sa rentrée en Seconde, proprement catastrophique.

Pour Vania, c’est clair : l’existence est une succession de vacheries, et elle est condamnée à n’être personne. Une fourmi parmi d’autres. Mais un soir, elle reçoit un mail anonyme, qui lui explique en détail que non, elle n’est pas une banale fourmi noire sans aspérités. Elle serait même plutôt du genre vive, colorée, piquante ! Du genre fourmi rouge…

Mon avis :

Coup de cœur 💞💞💞💞💞

La fourmi rouge est un roman très très très drôle où l’auteure manie la langue française et les jeux mots /métaphores avec brio tout en traitant habilement du ressenti des ados et de leur vie quotidienne. Amitiés, pression sociale, famille, amours tout y est et c’est un vrai plaisir. Un roman qui donne la banane, qui fera sourire les anciens avec nostalgie en repensant aux ados qu’ils étaient et qui ravira les ados d’aujourd’hui aussi. Derrière l’humour, se cache une analyse profonde et très riche de ce que vivent les ados et leurs ressentis.

Vivre sa vie d’adolescente n’est pas chose facile et il faut savoir affronter des situations parfois difficiles. Pour en parler l’auteure a choisi une petite héroïne particulièrement attachante. Cynique à souhait, un fort caractère, Vania ne se laisse pas faire et a bien l’intention de dire tout haut ce que les autres pensent tout bas. Elle est l’image même de l’adolescente lambda qui veut juste traverser cette période sans vagues. Sauf qu’avec son prénom de protection périodique, son père taxidermiste qui la véhicule dans une voiture impensable et son meilleur ami Pierre-Rachid qui sort avec sa pire ennemi, son entrée au lycée commence fort mal.

L’auteure nous offre un roman fort dense. Bourré de répliques bien senties mises dans la bouche d’une adolescente qui n’a pas sa langue dans sa poche, sur le ton de l’humour présent à chaque page, l’auteure se livre à une critique acerbe des clichés et des stéréotypes. C’est hilarant et le lecteur ne peut que savourer l’écriture travaillée de ce roman. En tous cas moi j’ai adorée cette plume incisive, maniant avec brio les jeux de mots et les métaphores.

Mais ce roman n’est pas qu’un roman hilarant. Il traite également en profondeur les sujets difficiles tels que le harcèlement scolaire, l’intégration des étrangers, le deuil d’un parent et le bouleversement des schémas familiaux. C’est très bien fait. De façon délicate et fort intelligente, l’auteure force à la réflexion sur des sujets graves qui forgent votre vie d’adulte. J’ai énormément aimé les messages positifs véhiculés par ce roman, les combats de l’auteure contre les clichés.

J’ai été conquise autant par la plume de l’auteure que par l’histoire riche en émotions et qui font de ce roman une petite pépite savoureuse dont je vous recommande fortement la lecture.

 

Pour finir un petit mot sur l’auteure :

Résultat de recherche d'images pour "emilie chazerand"

Émilie Chazerand est née à Strasbourg en 1983. Après avoir écrit Apocalypsis, une série fantasy de 5 tomes publiée chez Matagot/Nouvel Angle (sélection prix Imaginales des lycéens 2013), elle a publié plusieurs albums, notamment aux éditions Sarbacane (La petite sirène à l’huile, Jean-Jean à l’envers).
Son premier Pépix paraît en double actualité avec ce premier roman dans la collection Exprim’.

 

THRILLER·YOUNG ADULT

Emmurées – Alex Bell

emmurées

Emmurées – Alex Bell – Editions Milan – illustrations Guillaume Morellec – traduction Lauriane Crettenand – 4 avril 2018 – 352 pages – 15,90 €

Résumé :

Je passe mes vacances dans un lieu de rêve :
un vieux manoir écossais.
Un vieux manoir qui était auparavant une école pour filles
où ont eu lieu de tragiques « accidents ».

Mes cousins sont charmants :
Cameron est taciturne,
Piper est un peu trop parfaite,
Lilia a une étrange phobie des os, même des siens.

Et puis il y a Rebecca.
Rebecca dont la chambre est remplie de vieilles poupées.
Rebecca qui est morte.

Rebecca qui est de retour par ma faute.

Venez jouer à la poupée… au péril de votre vie.

Mon avis :

Coup de cœur 💞💞💞💞

Emmurées est un pur thriller d’horreur, catalogué ado il a su captiver la quadra que je suis. L’histoire est diaboliquement passionnante, l’intrigue extrêmement bien menée est flippante à souhait, bref c’est un régal livresque que nous offre l’auteure.

Quand une simple application de téléphone est le début d’une histoire flippante !!! je vous avoue d’entrée de jeu que maintenant je surveille les barbies de ma fille, on ne sait jamais …

Sophie et sont meilleur ami Jay jouent avec l’application téléchargée par Jay sur son téléphone, une planche Ouija. Quand il faut trouver un mort à invoquer, Sophie décide d’appeler sa cousine Rebecca décédée il y a quelques années et c’est le début des ennuis pour Sophie.

L’auteure a su parfaitement situer l’intrigue dans un environnement propice aux mystères. Un vieux manoir auparavant une école de filles où bien des malheurs se sont produits, situé sur l’île de Skye, une île écossaise battue par les vents, assez désertique et escarpée où les voisins sont inexistants…, des cousins un peu bizarres, tous les ingrédients sont là pour donner une ambiance glauque. Et l’intrigue est très bien menée, l’auteure a su m’accrocher au fur et à mesure et il m’a été impossible de lâcher ce roman. L’enquête de Sophie sur ce qui a pu se passer tant dans le passé quand le manoir était une école de filles que pour sa cousine Rebecca tout en devant rester sur ces gardes dans cet environnement particulièrement dérangeant et mystérieux est très prenante.  Il y a des rebondissements, les évènements s’enchaînent bien, les mystères aussi et l’ensemble donne un excellent thriller passionnant et flippant.

Et même la fin est une belle réussite. J’avais peur de cette fin que je m’étais imaginée classique du genre ado pour ce genre de lecture. Et bien pas du tout.. L’auteure a parfaitement maîtrisé la fin de son roman. Très bien amenée, surprenante cette fin est la cerise sur le gâteau et c’est ce qui a fait de cette lecture un coup de cœur.

Bref, Emmurées est un thriller très abouti, passionnant et bien construit. A lire absolument !!!

Pour finir un petit mot sur l’auteure :

Alex Bell

Née en 1986, Alex Bell est l’auteur de plusieurs romans d’épouvantes pour adultes et adolescents. Elle vit actuellement en Angleterre où elle pratique son activité d’avocate, en parallèle de sa passion pour l’écriture.

 

YOUNG ADULT

Le secret de l’inventeur – tome 1 : Rebellion – Andréa Cremer

le secret de l'inventeur tome 1

Le secret de l’inventeur – tome 1 : Rebellion – Andréa Cremer – Editions Lumen – traduction Mathilde Bouhon – 12 février 2015 – 414 pages – 15 €

Résumé :

Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné , naissance aux Etats-Unis d’Amérique… Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres enfants de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la Cité Flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, auprès de ses compagnons de lutte, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses camarades, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats cuirassés, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Mon avis :

Coup de coeur  💞💞💞💞💞

Une mise en place rapide de l’intrigue qui se complexifie et des personnages qui prennent de la profondeur au fil des pages, un rythme actif qui va crescendo en tension et mystère, des questions qui trouvent des réponses tout en posant de nouveaux enjeux, tous les ingrédients pour une belle aventure livresque.

Contrairement à ce que l’on peut parfois reprocher aux premiers tomes d’une saga, dans ce tome 1 l’intrigue se met rapidement rapidement en place. Avec des faux airs de Terminator, dans un univers où les machines de l’Empire sèment la terreur, un groupe d’enfants, fils et filles de révolutionnaires américains, vivent cachés dans un réseau de grottes souterraines jusqu’à ce que leur entrée dans la majorité leur permettre de rejoindre le groupe des adultes révolutionnaires. Charlotte, 16 ans, est une jeune fille intrépide, qui sauve de la mort un jeune garçon amnésique et le ramène dans son clan, dirigé par son frère et dont les membres sont plutôt hétéroclites et mystérieux quant à leur passé. On est vite pris dans l’intrigue qui démarre très vite. L’obligation de partir, une mission au milieu des rangs de l’ennemi pour avoir certaines réponses, l’intrigue se complexifie et devient très palpitante. Les évènements s’enchaînent selon un rythme assez soutenu et c’est très plaisant à lire.

Les personnages sont très attachants, on en apprend un peu plus sur chacun d’eux au fil des pages et même les personnages secondaires prennent de l’ampleur et laissent augurer d’une intrigue à ramifications multiples fort intéressante et travaillée.

Pour un premier tome, l’auteure a su mettre tout de suite le lecteur dans le bain et attiser suffisamment sa curiosité pour avoir envie de découvrir la suite. On ne s’ennuie pas, il n’y a pas de lenteurs, de passages trop explicatifs, tout est orchestré très adroitement et même si certaines « clefs » de l’histoire sont assez convenues pour un roman ado, cela n’est absolument pas gênant et ce premier tome fut un excellente lecture qui m’a donné envie de poursuivre l’aventure aux côtés de Charlotte et ses amis.

Bref, une excellente mise en bouche d’une aventure à rebondissements.

Pour finir un petit mot sur l’auteure :

Résultat de recherche d'images pour "andréa cremer"

Andrea Cremer est née en 1978 dans le Wisconsin, où elle a passé son enfance à vagabonder dans la forêt. Professeur d’histoire, elle vit aujourd’hui à Manhattan, mais reste au fond d’elle-même une fille de la campagne. Si la passion de l’écriture la taraude depuis toujours, il aura fallu qu’elle soit immobilisée pendant douze semaines suite à une chute de cheval pour qu’elle s’attelle à la rédaction de «Nightshade». Une trilogie passionnante dans laquelle elle mêle avec talent suspense et amour.

YOUNG ADULT

Cinder – Marissa Meyer

Cinder

Cinder – Les Chroniques lunaires tome 1 – Marissa Meyer – Editions Pocket Jeunesse – traduction Guillaume FOURNIER – 7 mars 2013 – 17.90 €.

Résumé :

MÊME DANS LE FUTUR, LES HISTOIRES COMMENCENT PAR « IL ÉTAIT UNE FOIS… »

À New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire un paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare les robots et sa famille adoptive. À seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches les plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre. Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune ! Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Mon avis :

Coup de coeur 💖💖💖💖💖

Une histoire originale bien qu’inspirée de Cendrillon, une héroïne fort attachante, aucune longueur, une intrigue passionnante et bien construite.  

Qui ne connait pas l’histoire de Cendrillon ? le conte que toutes les petites filles ont lu, aimé, le conte qui nous a toutes fait rêver au prince charmant. L’auteure ici a choisi de revisiter ce conte en le plaçant dans un monde futuriste où les cyborgs vivent conjointement avec les humains et où une maladie mystérieuse plane et décime la population. Ce monde est extrêmement bien décrit et travaillé, on l’imagine très bien.

Le point de départ de cette histoire est vraiment basé sur l’histoire de Cendrillon. Ici  C’est de Cinder dont il est question. Et dès les premières pages on s’attache à cette jeune fille particulière. En effet, elle est un cyborg, mi-humaine, mi-robot. Comme la vraie Cendrillon, son père est décédé la laissant avec son horrible belle-mère et ses deux demi-sœurs. Petite divergence par rapport à l' »original », une de ses demi-soeurs est très attachante et très proche de Cinder. Quand elle décède, contaminée par la maladie, la vie de Cinder bascule complètement. Sa belle-mère se débarrasse de Cinder, comme on jette un vieil objet, en la portant volontaire pour un programme de recherche qui tente de mettre au point un antidote contre le virus. Et c’est le début d’une intrigue passionnante jusqu’aux toutes dernières pages.

Le prince Kaito, prince héritier de la communauté orientale – The prince charmant du conte original – n’est pas qu’une belle image qu’on voit de loin, il est bien présent dans l’histoire et c’est très plaisant de voir son caractère, ses manières de réagir, ses attentes et ses interrogations.

Sur fond de conflit politique entre la terre et la lune, l’auteur nous livre un conte moderne aux multiples facettes, sur un rythme bien mené, il est impossible de  s’ennuyer, ce livre se dévore d’une seule traite. Le contexte est extrêmement bien décrit et les enjeux se dessinent au fil des pages.

Bref, cette lecture fût une très belle découverte et je vous en recommande vivement la lecture.

Pour finir un petit mot sur l’auteur :

Marissa Meyer

Marissa Meyer est diplômée en création littéraire à Pacific Lutheran University à Tacoma dans l’État de Washington. Avant d’écrire Cinder, Meyer à travaillé comme éditrice durant 5 ans. Elle a également écrit des récits de fan-fiction d’après le manga Sailor Moon sous le pseudonyme d’Alicia Blade. Meyer affirme avoir été inspirée pour écrire Cinder, premier tome des Chroniques lunaires, après avoir participé à un concours d’écriture en 2008, avec une histoire centrée autour d’un Chat botté futuriste.

THRILLER

Examen clinique – Ken McClure

examen clinique

Examen clinique – Ken McClure – Editions Archipoche – traduction François Tétreau – octobre 2018 – 330 pages – 7.80 €

Résumé :

Vite, aux urgences ! Amanda Chapman est conduite à l’Hôpital pour enfants de Glasgow.
Ses parents sont inquiets : à moins de procéder très vite à une greffe du foie, la vie de leur unique enfant est en danger.
Hélas, aucun organe compatible n’est disponible. Ultime chance pour Amanda : le Medic Scotland Hospital – seul établissement à disposer d’infrastructures à même de la maintenir en vie en attendant l’opération.
Le discours rassurant des médecins, les installations luxueuses de cette clinique, tout laisse espérer une issue heureuse.
Mais, que cache le Dr Steven Dunbar ? Et pour quelles raisons plusieurs chirurgiens se retrouvent-ils, une fois la nuit tombée, à la morgue ?

Mon avis :

Examen clinique est un excellent thriller médical. Sans temps mort, rondement mené, une intrigue extrêmement bien ficelée, un suspens maîtrisé, une lecture hautement addictive du début à la fin. Deux histoires en parallèle, une enquête dans un hôpital privé suite à des plaintes d’infirmières après deux décès inexpliqués d’enfants récemment greffés d’un rein, alors que la petite Amanda vient d’être admise dans cet hôpital pour espérer recevoir un nouveau rein, le compte à rebours commence. Et une fois commencé, cette lecture est impossible à lâcher.

C’est le premier point fort de ce thriller. Il démarre sur les chapeaux de roue…en posant très vite les jalons de l’intrigue qui va se jouer. Le chapitre d’ouverture est perturbant car on découvre un couple dont la petite fille vient de mourir et qui doivent assister à son enterrement où la présence d’une infirmière provoque la colère de la maman… puis on passe à l’histoire proprement dite. Celle d’Amanda, une petite fille qui tombe très malade et dont on découvre très vite qu’elle doit subir une greffe de rein sous peine de ne pas survivre… En parallèle, on entre dans les coulisses de la gestion d’un hôpital, le Médic Scotland Hospital, géré comme une entreprise commerciale qui doit générer des profits et faire en sorte de gagner de l’argent alors qu’il vient de perdre les subventions de l’Etat…et où le docteur Steven Dunbar, médecin enquêteur, a été dépêché en cachette pour mener une enquête suite aux décès de petits patients ayant subi des greffes de reins.

C’est très bien fait, l’intrigue est très bien ficelée, on suit Steven Dunbar dans ses réflexions et son enquête, dans ses relations avec le personnel de l’hôpital, on vit l’enquête avec lui. Le rythme est dynamique, il y a de l’action, l’auteur ne s’encombre pas de détails inutiles, tout s’enchaîne très bien et la lecture en devient très addictive.

Les passages relatifs à la petite Amanda, sont comme des petites pauses dans l’enquête mais ils servent aussi l’intrigue car ils marquent le temps qui s’écoule et rappellent que c’est sa vie qui est en jeu et que chaque minute qui passe la rapproche du danger.

L’auteur aborde avec beaucoup de doigté je trouve, la question des hôpitaux gérés comme des entreprises commerciales où la rentabilité et le profit sont les maîtres mots en opposition aux besoins de soins des patients. C’est très bien argumenté, on comprend bien tous les tenants et les aboutissants de cette épineuse question.

Cette lecture fût ma première du genre Thriller médical, et ce fut une belle réussite. J’ai été happée dans cette histoire captivante.

Bref j’ai adoré et Ken McClure est un auteur que je vais suivre avec intérêt.

Je remercie vivement les éditions L’Archipel de leur confiance.

Pour finir un petit mot sur l’auteur :

Résultat de recherche d'images pour "ken mcclure"

Spécialise en biologie moléculaire et en bactériologie, ancien expert primé par le Conseil de la recherche médicale de Grande-Bretagne, Ken McClure est avec Robin Cook et Patricia Cornwell l’un des maîtres du thriller médical.
Ses romans, dont Examen clinique (L’Archipel, 2000 ; Livre de Poche, 2002), ont été traduits en dix-huit langues. Il réside à Édimbourg.

Examen clinique est son deuxième roman publié chez les éditions L’Archipel, et en français d’ailleurs. Le précédent Blouses blanches est paru en 2007 chez les éditons L’Archipel est vient d’intégrer ma Wish List.

THRILLER

En ton âme et conscience – Claire Norton

En ton ame et conscienceen ton âme et conscience 2

En ton âme et conscience – Claire Norton – Editions France Loisirs – 2017 – 420 pages – Editions Robert Laffont – 20 septembre 2018 – 432 pages – 19.50 €

Résumé :

Un bon ange veille sur vous… c’est un enfant de dix ans.
Alors qu’il est à peine adolescent, Evan assiste à l’enlèvement de sa petite soeur Kelsie. Tétanisé par la peur, il ne peut rien faire.
Vingt-cinq ans plus tard, Evan est devenu un brillant chirurgien qui mène un combat quotidien pour sauver des vies.
Mais il ne s’est jamais pardonné la disparition de sa soeur.
Un jour, il est abordé par un enfant de dix ans, aussi malicieux que mystérieux, qui lui révèle que Kelsie est vivante et qu’elle court un grave danger.
Le petit garçon propose alors un pacte à Evan… qui pourrait faire basculer leurs vies à tous deux.
Un art du suspense maîtrisé, un sens du rythme qui vous saisit dès les premières pages, de l’humour et une grande sensibilité : En ton âme et conscience… est de ces lectures qui vous touchent au coeur pour vous marquer durablement. Tout ce qu’on attend d’un grand roman.

Mon avis :

COUP DE COEUR 💞💞💞💞💞

En ton âme et conscience de Claire Norton est un roman captivant au rythme haletant sans aucun temps mort, un condensé d’émotions, une histoire passionnante jusque dans les dernières pages. Une lecture idéale pour passer un bon moment livresque.

Il est des livres qu’on ne choisit pas – sélection du mois France Loisirs qui m’a été envoyée à défaut pour moi d’avoir effectué mon achat du mois dans les temps – et qu’on ne regrette absolument pas d’avoir été destinataire après lecture. Et d’ailleurs je me rends compte que finalement je l’ai lu en avant première par rapport à sa sortie chez les éditions Robert Laffont.

Ce roman est une pure merveille, on s’attache immédiatement au personnage d’Evan et pour cause…le roman s’ouvre sur le jour de la disparition de sa petite sœur Kelsie, kidnappée sous ses yeux sans qu’il ne puisse faire un geste. On a vite compris qu’il entretenait des liens très forts avec sa petite soeur, très patient, très protecteur, accédant à tous ses caprices, il est le grand frère idéal. Autant vous dire que mon coeur de maman a craqué devant le traumatisme de ce qui lui arrive et que l’auteure décrit d’une façon tellement précise que l’on ressent bien l’horreur de ce qui se passe pour Evan.

25 ans plus tard, avec l’arrivée du second personnage « Casper », un petit garçon de 10 ans qui prétend savoir où se trouve Kelsie et qui colle aux basques d’Evan, l’histoire prend une tournure qui pourrait paraître classique et convenue. Mais l’auteur nous offre une belle construction d’intrigue, une complexification au fil des pages et par l’alternance de chapitres, elle coince le lecteur qui ne peut plus lâcher ce roman.

Parce que ce roman est un pur thriller qui remplit bien son rôle. L’intrigue est très bien ficelée, il y a des rebondissements, de nombreuses questions qui se posent au lecteur et les réponses apportées à la fin sont quelque peu surprenantes. C’est un thriller original dans son contenu qui offre en parallèle une belle réflexion sur le sens de la vie, sur l’âme des gens.

Cette lecture fût vraiment une très belle lecture passionnante, émouvante qui a su me captiver dès les premières pages et jusqu’aux dernières sans aucun temps mort. Un excellent roman que j’ai pris plaisir à lire et que je vous recommande chaudement.

Pour finir un petit mot sur l’auteur :

Claire Norton

Âgée de 47 ans, Claire Norton est mère de trois enfants et continue de concilier son activité professionnelle de directrice des ressources humaines avec sa passion pour l’écriture. En ton âme et conscience… est son premier roman publié.

 

THRILLER

Fais-le pour maman – François-Xavier Dillard

fais le pour maman livre

Fais-le pour maman – François-Xavier Dillard – Editions Pocket – 13 juillet 2016 – 320 pages – 6.70 €

Résumé :

Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa sœur adolescente, Valérie, et leur mère. Cette dernière arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, occupant un job ingrat qui lui prend tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère : elle accuse son petit garçon d’avoir blessé sa sœur. Elle sera condamnée à cinq de prison.
Des années plus tard, alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue, Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires… Mais de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients annoncent le retour funeste des voix du passé…

Mon avis :

Rien n’est plus difficile que de donner son avis, enthousiasmant, sur un thriller sans trop en dire qui risquerait de vous ôter tout plaisir à le découvrir par vous-même. Parce que Fais-le pour maman fait partie de ces thrillers que vous aurez envie de conseiller à tout le monde après l’avoir lu, croyez-moi.

C’est tout d’abord la plume de l’auteur qui m’a séduite. Travaillée, riche mais fluide et très agréable à lire, elle vous plonge bien dans l’ambiance pesante de cette histoire. On ressent très bien le malaise, la tension qui anime les personnages. Entre Sébastien, adulte, qu’on suit aux côtés de ses filles avec lesquelles il vit seul depuis la mort de son épouse et dont on sent bien le traumatisme lié à son enfance, Claire, femme policière nouvellement arrivée dans la région, dont on apprend peu à peu à découvrir le passé et le caractère, l’auteur nous fait plonger dans le sombre et nous montre bien les sentiments de ses personnages.

La construction en elle-même est celle que je préfère, faite d’alternance de présent / passé, doublée d’une alternance des personnages Sébastien / Claire / Léa (la fille aînée de Sébastien). Le point de vue de Léa, la fille aînée de Sébastien apporte la dose d’originalité à cette construction et elle ajoute le petite pointe mystérieuse à cette lecture en apparence assez classique et convenue.

Et c’est là tout le talent de l’auteur parce qu’il vous balade pendant tout ce roman, tout tranquillement, tissant la toile de l’intrigue qui se déroule sous vos yeux de manière subtile et c’en est fini de votre liberté, vous êtes pris au piège et n’avez qu’une seule envie, celle de savoir si ce que vous avez imaginé/deviné va se dérouler selon vos prévisions.

J’ai adoré cette lecture, autant pour la plume de l’auteur que pour l’histoire, c’est un énorme coup de coeur, certainement un des meilleurs thrillers que j’ai lus jusqu’à maintenant. Autant vous dire que je vous en recommande vivement la lecture et que je vais m’empresser de lire les autres romans de l’auteur.

Pour finir un petit mot sur l’auteur :

 Résultat de recherche d'images pour "francois-xavier dillard"

Né à Paris en 1971, François-Xavier Dillard est directeur de la communication dans un grand groupe énergétique français. Après Un vrai jeu d’enfant (2012), Fais-le pour maman, sélectionné pour le prix polar de Cognac, est son deuxième roman paru chez Fleuve Éditions (2014). En 2016, Austerlitz 10.5, coécrit avec Anne-Laure Béatrix, est publié chez Belfond. En juin 2017 sort aux éditions Belfond « Ne dis rien à papa », thriller psychologique clin d’œil à « Fais-le pour maman », présélectionné pour le prix Polar de Cognac 2017. Réveille-toi ! son cinquième roman, est sorti le 7 juin 2018 chez Belfond.
Marié et père de trois enfants, Agathe, Castille et Gaspard, François-Xavier Dillard vit à Tours.

JEUNESSE

Le pays des contes – Le sortilège perdu – Chris Colfer

le pays des contes

Le pays des contes – tome 1 Le sortilège perdu – Chris Colfer – Editions Michel Lafon – traduction Yan Brailowsky – 17 octobre 2013  et 15 mai 2015 en format poche – 478 pages – 7 €

Résumé :

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais.

Mon avis :

Le pays des contes est un cycle littéraire créé par Chris Colfer qui connaît un certain succès. Catalogué roman jeunesse pour les 9-12 ans il comporte à ce jour 6 tomes. Tombée sur le tome 1 complètement par hasard à la bibliothèque en cherchant des romans à proposer à mes enfants, j’ai complètement craqué pour la quatrième de couverture. Et je ne regrette absolument pas de m’être lancée, à 40 ans passés, dans un roman jeunesse.

C’est un conte moderne passionnant, bourré d’humour, un univers très bien construit, des personnages des contes de fées de notre enfance sous un autre jour, une autre façon de voir leurs histoires et une belle réflexion sur les morales à en tirer. Même si la fin est prévisible cela reste une très belle découverte et le tome 2 sera bientôt dans les lectures.

On découvre Alex, la jeune fille très intelligente, passionnée par la littérature, première de sa classe, et son frère jumeau Conner, beaucoup moins féru d’école, qui s’endort en classe et a une vision beaucoup plus pragmatique de la vie. Nos 2 petits héros sont malgré tout très proches et soudés. Il faut dire qu’à 12 ans la vie ne les a pas gâtés. Ils ont perdu leur père, décédé dans un accident, et leur mère, infirmière, doit enchaîner les heures supplémentaires pour assurer leur subsistance. Et quand leur grand-mère paternelle leur offre le fameux livre des contes, celui qui a bercé leur enfance, celui qui les réunissait pour de belles soirées lectures en famille où leur père leur racontait des histoires, c’est le bouleversement total de la vie qu’ils connaissent. Alex tombe dans le livre, Conner pour la sauver y plonge volontairement et c’est le début d’une nouvelle aventure qui commence pour nos 2 petits héros.

C’est un conte dans le conte. En effets tous les éléments classiques d’un conte y sont: la famille heureuse, puis le drame puis les questions de comment ils vont s’en sortir… d’autant plus que pour sortir du livre ils vont devoir réaliser un sortilège fait de différents éléments ce qui induit une quête. Et il fait reconnaître là le talent de l’auteur parce qu’il a su créer un univers particulièrement riche et crédible. On dans un pays où tous les personnages des différents contes sont présents, ils ont leur royaume et les descriptions sont telles qu’on se représente très bien la carte. L’auteur a su relier entre elles les différentes histoires que nous connaissons tous pour les avoir lues/relues/entendues dans notre enfance. C’est très bien fait et très bien amené.

On pourrait croire à une simple adaptation, une simple réunion en une seule histoire de tous les contes de notre enfance, mais c’est bien plus profond que cela. L’auteur se livre à une véritable réécriture originale. Par le biais de ses 2 petits héros et aussi des différents personnages, il réinvente les contes en y apportant sa touche personnelle. Alex est l’image même de la jeune fille classique qui croit aux contes de fées et qui les accepte tels qu’ils sont. Conner, lui, est plus curieux, il est celui qui remet en cause les morales qu’il faut tirer des contes. La morale du conte du garçon qui criait au loup ne serait-elle pas plutôt qu’il faut toujours surveiller ses enfants? C’est très drôle de voir sa manière de penser, je me suis retrouvée dans certaines de ses réflexions.

L’auteur a fait un énorme travail de réflexion et nous offre des alternatives et des explications qui perturbent et font réfléchir. Et j’adore ça. Pourquoi la méchante reine est-elle aussi méchante? Est-elle née comme ça ou l’est-elle devenue à cause de la vie qu’elle a menée? L’auteur traite aussi de questions modernes et des morales qu’il faut en tirer et dans un roman destiné à des jeunes adolescents c’est très judicieux. Traitées avec beaucoup d’humour ces questions trouveront un écho dans le coeur des jeunes lectrices.

Et même le dénouement qui pourrait être jugé trop prévisible, révèle son lot de surprises. Oui, certes, il y a certains aspects qui sont faciles, des éléments qui pourraient déranger un lecteur trop rigide et adepte de crédibilité et de vraisemblance dans les évènements, mais il s’agit d’un conte et le propre du conte n’est-il pas d’avoir toujours une fin heureuse?

J’ai adoré, du haut de mes 40 ans, cette lecture fraîche et passionnante, pleine de rebondissements et ses personnages empreints de modernité. J’ai passé un excellent moment de lecture et c’est avec envie que je vais lire très prochainement le tome 2.

Pour finir un petit mot sur l’auteur :

Image associée

Chris Colfer est un acteur, scénariste et écrivain américain d’origine irlandaise né le 27 mai 1990 à Clovis (Californie). En octobre 2008 alors qu’il est étudiant à l’Université de Fresno, il auditionne pour le rôle d’Artie dans la série Glee produite par la Fox. C’est Kevin McHale qui est retenu. Cependant les producteurs et scénaristes, impressionnés par sa personnalité, décident de créer le personnage de Kurt Hummel, un jeune étudiant assumant ouvertement son homosexualité, en s’inspirant du passé de Colfer. Sa composition remarquée le propulse du jour au lendemain au rang de vedette. En 2011, il figure parmi les cent personnes les plus influentes au monde selon Time Magazine. Fort de cette notoriété, il revient à sa passion pour l’écriture et annonce en juin de la même année la publication d’une série de livres édités par Little, Brown Books for Young Readers (maison appartenant au groupe Hachette). Le premier, intitulé The Land of Stories : The Wishing Spell (histoire qu’il a commencé à écrire lorsqu’il avait sept ans) sortit en France sous le titre « Le Pays des Contes : Le Sortilège Perdu ». Il est également scénariste : il est l’auteur de Struck by Lightning, son premier long métrage en tant que scénariste et acteur, et son adaptation de The Little Leftover Witch sera produite pour la télévision par Disney. En 2013, il publie la version littéraire de Struck by Lightning, intitulée The Carson Phillips Journal. Le livre est classé au rang de best-seller aux États-Unis. Il est sorti en France sous le titre Struck : Un destin foudroyant le 16 mai 2013. À sa sortie sur iTunes, le film se classe premier des ventes de film indépendant. En juin 2017, il annonce sur son compte twitter l’adaptation cinématographique de sa série de livres Le Pays des contes dont il écrira le scénario, sera également le directeur et dont le tournage commencera en été 2018.

HISTORIQUE·LITTERATURE CONTEMPORAINE

Château de femmes – Jessica Shattuck

chateau de femmes livre

Château de femmes – Jessica Shattuck – Editions JC Lattès – 31 octobre 2018 traduction Laurence Kiéfé – 480 pages – 22.50 €

Résumé :

La Seconde Guerre mondiale vient de s’achever et, dans un château de Bavière en ruines qui accueillait autrefois la haute société allemande, on suit l’histoire puissante de ces trois veuves de résistants allemands dont la vie et le destin s’entrecroisent.
Au milieu des cendres de la défaite de l’Allemagne nazie, dans l’immédiat après-guerre, Marianne von Lingenfels revient dans le château, autrefois grandiose, des ancêtres de son époux, une imposante forteresse de pierre désormais à l’abandon. Veuve d’un résistant pendu à la suite de l’assassinat raté de Hitler, le 20 juillet 1944, Marianne a bien l’intention de tenir la promesse faite aux courageux conspirateurs dont son mari faisait partie : retrouver et protéger leurs enfants et leurs femmes, devenues comme elle des veuves de résistants.
En rassemblant cette famille de bric et de broc, Marianne croit que les chagrins partagés vont les souder. Mais elle s’aperçoit rapidement que ce monde en noir et blanc, plein de principes est devenu infiniment plus complexe et alourdi de sombres secrets qui menacent de les déchirer. Ces trois femmes se retrouvent finalement confrontées aux choix qui ont défini leurs vies avant, pendant et après la guerre, avec de nouveaux défis à relever.

Mon avis :

Château de  femmes est une histoire passionnante, émouvante, une histoire de femmes courageuses, battantes, l’image d’une Allemagne investie, humaine, résistante, un roman extrêmement bien documenté servi par une écriture magnifique, fluide avec une certaine poésie, un régal à lire.

C’est un roman très fort avec des personnages qui le sont tout autant.

La construction de l’histoire en aller/retour présent passé, encore plus loin dans le passé est très addictive, les faits s’enchaînent et on a certaines explications au fur et à mesure et d’autres questions, d’autres mystères qui rendent ce récit hautement passionnant.On sent bien l’énorme travail de recherche de l’auteur pour nous fournir un roman très riche en détails sur les évènements qui se sont déroulés.

Les personnages de ce roman sont très attachants et fort bien travaillés en profondeur. La principale est  Marianne Von Lingenfels, une femme issue de la haute société allemande qui organisait de belles réceptions dans le château Von Ligenfelds, elle est le pilier de ce roman. Son mari, Albrecht, était un des conspirateurs ayant tenté d’assassiner Hitler. « C’est seulement quand nous prouverons que les lois internationales et les droits de l’humanité comptent davantage qu’un scélérat que nous pourrons vaincre le mal« . Mais « Jamais l’Allemagne toute entière ne se mobiliserait. Les Allemands étaient trop imprégnés de la rhétorique hitlérienne, trop lâches, trop impliqués dans les abominations de sa guerre pour le rejeter« . Marianne était une femme engagée, « Elle avait poussé Albrecht à soutenir le projet, elle l’avait encouragé à passer à l’acte presque depuis le début. Impossible de rester inactif. Dès qu’on savait – on savait vraiment – que les femmes et les enfants étaient fusillés dans les bois, que des salles de douche avaient été construites dans l’unique but d’exterminer des humains, comment pouvait-on ne pas agir? Mais maintenant, la raison évidente qu’elle avait toujours mise sous le boisseau ressortait : le prix à payer. En cas d’échec, elle perdrait tout ce à quoi elle tenait« . Elle, était « Commandante en chef des épouses et des enfants. A l’époque ces mots là lui avaient paru dévalorisants – une façon de l’exclure du vrai travail de conspiration, un rappel du fait qu’elle était, en définitive, une femme et, à ce titre, reléguée à la tâche de ramasser les morceaux. Mais, au cours des années qui venaient de s’écouler, elle en était venue à interpréter autrement ce titre : elle restait le dernier homme debout, celui qui détenait la clé du fort. » Et quelle femme forte. Elle va tout faire pour sauver les femmes et les enfants des résistants. C’est ainsi qu’elle rencontrera Benita et Ania et que toutes les 3 nous livrerons leur histoire, la manière dont elles ont vécu la guerre et la force qu’elles mettront en oeuvre pour s’en sortir.

C’est un très beau roman qui a su allier la réalité de ce qui s’est passé à travers des personnages forts attachants, humains et qui nous montreront leurs failles et leurs faiblesses. A travers leur histoire nous découvriront différents points de vue, différents aspects de cette horrible période. Aujourd’hui nous savons toutes les choses horribles qui se sont passées mais par ces personnages nous découvriront comment les choses étaient vues au moment des faits, sans le recul que nous pouvons avoir aujourd’hui et c’était très intéressant de voir l’évolution de certains personnages.

L’auteure a su nous livrer un récit magnifiquement bien écrit de 3 femmes au caractère différent qui ont vécu la guerre de manière bien différente et dont la rencontre à bouleversé chacune de leurs vies.

C’est une belle histoire qui nous montre que les allemands n’étaient pas tous des « méchants », que parmi les allemands certains ont su voir ce qui se déroulait vraiment et qui, au péril de leurs vies, ont tout fait pour combattre le mal. Un des résistants a écrit à son épouse : « Si moi en tant qu’être humain, je n’agis pas contre Hitler, alors je ne peux plus me regarder en face. Si nous Allemands, n’abattons pas notre propre démon, il ne sera jamais exorcisé. » 

Château de femmes est un magnifique roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et qui intègre indéniablement mon top 5 de mes meilleures lectures sur la seconde guerre mondiale.

A lire impérativement !!!

Je remercie vivement Netgalley et les éditions JC Lattès pour leur confiance

Pour finir un petit mot sur l’auteur :

Résultat de recherche d'images pour "jessica shattuck"

Jessica Shattuck a des origines allemandes. Diplômée de Harvard, elle vit à Brookline, dans le Massachusetts. Durant plusieurs années, elle a fait des recherches pour ce roman qui évoque avec beaucoup d’intelligence et d’émotion la complexité de l’après-guerre en Allemagne. Traduit dans dix pays, ce roman est un véritable succès.

LITTERATURE CONTEMPORAINE

Le gang des rêves – Luca Di Fulvio

le gang des reves

Le gang des rêves – Luca Di Fulvio – Editions Slatkine et compagnie – 2 juin 2016 – traduction Elsa Damien –  720 pages – 23 €

Résumé :

New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de  » rêve américain « . C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

Mon avis :

Tenir en haleine et garder le lecteur dans les pages d’une roman pendant plus de 700 pages est un pari risqué. Mais Luca Di Fulvio l’a fait et très bien fait. Dès les premières pages l’écriture m’a conquise. Fluide mais travaillée, elle m’a emportée dans l’histoire. Et le personnage de Cetta qui ouvre ce roman m’a touchée en plein cœur. S’en était fini de moi, j’étais embarquée dans cette longue épopée romanesque et j’ai dévoré ce pavé en 7 jours.

Quand je lis, j’aime me faire le film dans ma tête, imaginer les personnages et ca l’a tout de suite fait avec ce roman. Christmas était Léonardo Di Caprio et dans ma tête défilaient les belles images provoquées par cette lecture envoûtante. L’auteur a su décrire et travailler ses personnages, le contexte et l’ambiance qui font qu’on a l’impression de lire un film. Il n’y a pas de personnages superflus ou inutiles, tous apportent quelque chose à l’histoire et on prend plus ou moins de plaisir à les suivre.

C’est une belle chronique de la vie à l’américaine des années 20 entre le milieu mafieux, la prostitution comme mode de survie, la montée en puissance du cinéma et l’annonce des dérives liées à l’appât du gain et du toujours plus sensationnel. C’est aussi une belle preuve de ce que les rêves sont le moteur qui anime notre vie. Quand on a un rêve, qu’on y tient réellement, alors tout est possible et on peut y arriver, peu importe d’où on vient et peu importe les obstacles sur le chemin.

Bref, Le gang des rêves est un COUP DE COEUR monumental qui se place en 2eme position derrière mon coup de cœur intersidéral de tous les temps (L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon). 700 pages de bonheur livresque, une écriture sublime, une histoire passionnante, des personnages attachants et émouvants, de l’humour, de l’amour, du suspens, aucun ennui, j’ai adoré.

Pour finir un petit mot sur l’auteur :

Résultat de recherche d'images pour "luca di fulvio"

Luca Di Fulvio est un homme de théâtre et un écrivain italien, auteur de roman policier, de fantastique et de littérature d’enfance et de jeunesse. Publié en 1996, son premier roman, « Zelter », est une histoire de vampire. Luca Di Fulvio est devenu l’un des nouveaux phénomènes littéraires à suivre avec la sortie de « Le gang des rêves » (« La gang dei sogni », 2008) publié en France en juin 2016 chez Slatkine & Cie et premier tome d’une forme de trilogie. Plébiscité par les libraires et les lecteurs, le livre, qui raconte le New York des années 20 par les yeux d’un jeune Italien, s’est lentement mais sûrement transformé en best-seller. Suivra, un an plus tard, « Les enfants de Venise » (La ragazza che toccava il cielo, 2013) puis « Le soleil des rebelles » (2018).