POLARS/THRILLERS

Blessures invisibles d’Isabelle Villain

paru le 9.01.2020 aux éditions Taurnada

Quatrième de couverture :

Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main.
La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient.
Dans le même temps, le « tueur au marteau », demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service.
Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

Mon avis :

Dans cette « suite » de Mauvais genre, un nouveau crime doit être élucidé par le commandant de Lost et son équipe.

Un ancien soldat victime du syndrome post traumatique est retrouvé mort chez lui. Suicide ou assassinat? L’équipe du 36 quai des orfèvres du commandant de Lost va devoir démêler les fils de cette toile d’araignée dans laquelle ils se retrouvent coincés. Et ce, d’autant plus que le tueur en série qui communique avec Rébecca n’a pas fini son oeuvre et continue, dans ce roman, de jouer avec les nerfs de Rebecca.

C’est un énorme coup de coeur que j’ai eu pour ce polar trépidant dans lequel l’auteure nous embarque complètement dans la vie de ses policiers du 36 quai des Orfèvres.

Le rythme est effréné, le suspense en augmentation constante pour une résolution finale époustouflante, je suis conquise.

Je suis sûre que vous le serez aussi alors foncez vous offrir ce pur moment de plaisir livresque et « polaresque ». ❤️❤️❤️❤️❤️


Petit conseil en plus : même s’il peut se lire seul je vous conseille quand même de commencer par Mauvais genre, le ressenti n’en sera que meilleur surtout si, comme moi, vous les enchaînez l’un derrière l’autre.

Un énorme merci à Joël des éditions @taurnada pour m’avoir proposé cette lecture 😘. Cela confirme tout le bien que je pense de cette maison d’éditions qui propose des lectures courtes mais intenses en émotions

POLARS/THRILLERS

Mauvais genre d’Isabelle Villain

paru le 15.11.2018 aux éditions Taurnada – 252 pages

Quatrième de couverture :

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Mon avis :

Une très belle découverte de la plume de l’auteure associée à une intrigue passionnante et très bien ficelée

Mauvais genre d’Isabelle Villain paru aux éditions Taurana est un excellent polar où l’auteure mêle habilement vie personnelle de son personnage principal et enquête policière aux multiples facettes.On suit deux histoires en parallèle.

Tout d’abord celle d’un crime sur une jeune fille assassinée dans son appartement sans aucun signe d’effraction. Pour le commandant Rebecca de Lost et son équipe, commence alors une série d’interrogatoires afin d’éclaircir de mystère. De conversations en conversations, au fil des pistes qui se présentent pour aboutir parfois à des impasses, l’enquête se déroule un peu à la manière du jeu Labyrinthe.

Ensuite, un tueur en série remet le couvert. Sauf qu’il est censé être en prison après avoir été arrêté par Rebecca et son équipe. Comment cela est-il possible ? Copycat ou erreur judiciaire? Là est la question. Et Rebecca et son équipe devront y trouver rapidement une réponse, car les crimes s’enchaînent.

Dans ces deux enquêtes des éléments troublants interrogent le lecteur qui ne sait pas à qui se fier au point de soupçonner même les plus insoupçonnables.

C’est vif, incisif, ultra dynamique, ça prend dès les premières pages et il est impossible de lâcher ce roman avant d’en connaître la fin tout à fait à la hauteur, surprenante, bien menée et amenée.

J’ai adoré cette première découverte de l’auteure.

Je remercie vivement Joël des éditions Taurnada pour sa confiance